Journée nationale de l’information : l’ANME plaide pour une stratégie encourageant l’investissement

A l’occasion de la journée nationale de l’information et de la communication, célébrée chaque 15 novembre, l’Association nationale marocaine des éditeurs (ANME) a dressé le bilan du secteur de la presse, terrassé par la crise sanitaire.

« Nous célébrons cette journée dans une conjoncture exceptionnelle. Le secteur qui ne s’est pas encore remis des lourdes séquelles de la crise sanitaire, est toujours aussi souffrant. Une situation qui impacte profondément les conditions professionnelles et sociales des journalistes dans de nombreux supports », explique l’ANME dans un communiqué rendu public ce mardi 15 novembre 2022.
Mais l’association des éditeurs se réjouit également des réalisations et n’oublien pas de saluer les efforts déployés et les chantiers ouverts visant le développement du secteur : Soutien à la presse vital pour de nombreuses publications, liberté d’expression et d’opinion, implication des médias dans le processus démocratique engagé par le Maroc… sont autant d’éclaircies recensées.
« Ce secteur est le reflet des mutations et évolutions sociales, économiques et politique du pays. Une raison de plus pour renforcer ses capacités afin d’accomplir au mieux son rôle de catalyseur de développement et de démocratisation », souligne l’Association présidée par Driss Chahtane.
L’ANME plaide dans ce sens pour une nouvelle formule pour encourager l’investissement dans le secteur loin du classique «soutien à la presse ». « Ceci à travers une stratégie intégrale axée sur l’élément humain et visant le renforcement des organes de la presse et de leur compétitivité pour qu’ils puissent accomplir leur mission », souligne le communiqué.