Istiqlal vs PJD : Hamid Chabat tenté par l’opposition ?

Il a tenu une longue réunion avec le patron du RNI.

Au lieu de tempérer les ardeurs de son groupe parlementaire, l’Istiqlal choisit l’escalade. Le comité exécutif réuni le 12 novembre a donné raison à ses députés qui exigent des excuses officielles du gouvernement piloté par le PJD. Cet énième différend entre les deux pôles de la majorité remonte au 8 novembre, lorsque dans un communiqué du conseil du gouvernement, celui-ci s’est dit surpris du contenu critique des interventions des groupes de la majorité lors du débat du projet de Loi de finances.

La réaction des députés de l’Istiqlal ne s’est pas faite attendre. Ils ont crié, dans un communiqué diffusé le 12 novembre, à une tentative de mainmise et d’ingérence du pouvoir exécutif dans les affaires du législatif. Et ce n’est pas tout, le secrétaire général, Hamid Chabat, appelle à une réunion avec le chef de file de la majorité, Abdelilah Benkirane, pour mettre les points sur les «i». Entre-temps, c’est avec le premier parti de l’opposition, le RNI (53 sièges), que l’Istiqlal a choisi de se réunir : un tête-à-tête de près de trois heures a réuni Hamid Chabat et Salaheddine Mezouar le 13 novembre. A l’Istiqlal, on assure que cette réunion entre dans le cadre d’une prise de contact normale. Mais certains y voient déjà une tentative d’exercer une pression sur le chef du gouvernement dans la perspective d’une révision des termes de la charte de la majorité et surtout d’un futur remaniement ministériel exigé par les amis de Chabat.

Sinon, observe-t-on, pourquoi la nouvelle direction de l’Istiqlal n’entamerait-elle pas ses contacts avec son ancien allié de la Koutla, l’USFP ? Peut-être parce que ce dernier est en phase de changer de direction et il faudra attendre l’après-16 décembre pour ce faire.