Istiqlal : Chabat vs El Fassi, personne ne veut là¢cher

Aucun candidat ne veut se mesurer à  eux.

L’Istiqlal n’est pas près de voir le bout du tunnel. Ses dirigeants envisagent même de reprendre les réunions du comité exécutif sortant pour gérer le parti pendant cette phase de transition qui risque de s’éterniser.

Entre-temps, les deux candidats déclarés au poste de secrétaire général, Hamid Chabat et Abdelwahed El Fassi, mènent chacun une campagne de dénigrement à double sens. D’abord, l’un contre l’autre, et ensuite dans l’entourage de chacun d’eux contre un éventuel troisième candidat consensuel.

Pour le moment, les deux candidats restent en lice et assurent aussi avec force qu’ils vont tenir jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’au vote du conseil national, accentuant le malaise au sein du parti qui voit dans la victoire de l’un ou de l’autre un risque de scission, tellement l’inimitié entre les deux camps s’est exacerbée.
En attendant, les coups d’éclat ne manquent pas. Chabat vient de faire part de sa décision d’abandonner son poste de secrétaire général de l’UGTM. Il permettrait, soit dit en passant, à la numéro 2, Khadija Zoumi, de devenir la première femme chef de syndicat au Maroc, lors du congrès qui se tiendra en septembre prochain.

En se retirant de l’UGTM, Hamid Chabat laisse entendre que les jeux sont faits et qu’en tant que futur secrétaire général de l’Istiqlal, il ne peut plus concilier les deux, le parti et le syndicat. De l’autre côté, Abdelwahed El Fassi continue de grappiller du terrain en s’activant en coulisses. Et si un troisième candidat se présentait ? «Personne ne peut entrer en compétition avec eux, ce serait suicidaire», dit-on au sein de la formation. Seule issue honorable pour tous, que les deux se retirent. Mais les egos…