Industries Culturelles et Créatives : le détail du contrat-programme signé

Au terme d’une année 2020 quasi blanche pour le secteur des Industries Culturelles et Créatives et la production événementielle, au cours de laquelle l’interdiction de rassemblements a paralysé les activités à caractère culturel, artistique et événementiel, la Fédération des Industries Culturelles et Créatives (FICC), fédération interne de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) se félicite de la signature du « Contrat Programme en soutien au secteur des Industries Culturelles et Créatives ».

Cette convention signée entre le Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, le Ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, le Ministère du Travail et de l’Insertion Professionnelle, le Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM) et la CGEM contribuera à préserver les entreprises et les emplois opérant dans ce secteur et en situation de résilience depuis 9 mois, en attendant que les conditions de la reprise soient réunies.

Le présent contrat programme qui couvre la période 2020-2022 s’articule autour de quatre axes stratégiques :

1. La préservation de l’emploi, à travers le versement d’une indemnité mensuelle forfaitaire de 2.000 DH, à partir du 1er juillet 2020 et jusqu’au 31 Mars 2021 au profit des salariés des entreprises ICC touchées par la crise, ainsi que le report du paiement des cotisations sociales et la prolongation de l’exonération de l’IR sur les compléments de salaires sur la même période;

2. Le soutien économique et financier à travers le prolongement des délais de remboursements des crédits « Damane Oxygène », le lancement de deux nouveaux produits de garantie et la mise en place d’un moratoire pour le remboursement des échéances des crédits bancaires et des leasings jusqu’au 31 mars 2021, sans pénalités;

3. Le renforcement de la commande publique pour couvrir les défaillances du marché liées aux contraintes sanitaires, à travers entre autres la mise en place :

– d’une plateforme digitale pour la valorisation du patrimoine immatériel, les spectacles vivants, les
festivals du Royaume, et les savoirs faire.
– d’un programme de subventions des prestations de distribution des albums musicaux auprès des
agrégateurs de plateformes de streaming (Spotify, Deezer, etc).

4. La gouvernance et la représentativité, à travers le lancement d’un chantier de mise à niveau économétrique et statistique pour mieux appréhender la dimension économique du secteur, et œuvrer à une vision stratégique pour son développement. Le secteur privé contribuera aux travaux de cette étude et à ses instances de pilotage.

Pour mémoire, « l’élaboration d’un plan stratégique national en faveur des industries culturelles et créatives dans le cadre d’une démarche collaborative et participative incluant l’ensemble des secteurs concernés » figure en tête des principales recommandations énoncées à l’issue des 1ères Assises des Industries Culturelles et Créatives coorganisées en octobre 2019 par le Ministère de la Culture et la FICC, sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi.