Imad Barrakad, Président du directoire de la SMIT : «L’investissement, levier incontournable pour l’Afrique de demain»

Pour M. Barrakad, l’Afrique va devoir définir ses filières porteuses de croissance en vue d’appuyer l’émergence de clusters en vue de développer ses avantages concurrentiels.

«Le devenir de l’Afrique de demain se décide aujourd’hui. Aussi pour bien préparer son intégration à l’économie mondiale, le continent africain doit créer les conditions favorables au développement d’un secteur privé dynamique et compétitif, en accélérant les réformes visant l’amélioration du climat des affaires et en instaurant un cadre juridique et réglementaire transparent à même d’encourager l’investissement», a déclaré Imad Barrakad, Président du Directoire de la Société Marocaine d’Ingénierie Touristique (SMIT) lors du 20ème anniversaire de l’OMC dans le Panel  «Quels enjeux pour l’Afrique, face à la mondialisation ?».

Pour M. Barrakad, l’Afrique va devoir définir ses filières porteuses de croissance en vue d’appuyer l’émergence de clusters en vue de développer ses avantages concurrentiels. Cet objectif implique, selon lui, l’adoption d’une vision claire pour doter le continent d’infrastructures adaptées, de marchés intégrés liés à l’économie mondiale et d’un secteur privé dynamique capable de favoriser l’émergence de nouveaux pôles de croissance.

 

Dans ce nouvel ordre mondial, les états africains ont un rôle déterminant à jouer en tant que catalyseur des initiatives privées pour l’émergence des clusters et pour la promotion des infrastructures dont ils ont besoin. Il est pour cela nécessaire d’ancrer le développement autour d’une vision partagée entre les pouvoirs publics et le secteur privé à même de permettre à l’Etat de tirer profit de la création de richesse générée par les réformes engagées.

 

«Réformer l’environnement des affaires pour libérer l’initiative privée des entraves à son développement doit donc être une priorité pour l’Afrique à travers des réglementations favorables à la création de l’entreprise et à son développement notamment l’allègement et la simplification des procédures (relatives à la création d’entreprise, l’obtention des permis, le transfert de propriété, l’obtention de prêts, la protection des investisseurs, le paiement des taxes et impôts, le commerce transfrontalier, l’exécution de contrats…)», précise-t-il.

Certains pays à l’instar du Maroc ont déjà mis en œuvre les réformes permettant de transformer leur économie réglementée et protégée en une économie ouverte.  C’est le cas notamment de la Tunisie, Namibie…Ainsi, M Barrakad n’a pas manqué de souligner les importantes réformes menées par le Royaume, qui s’est doté d’une vision claire et avant-gardiste, dictée par le Sa Majesté le Roi Mohammed VI que Dieu l’assiste. Il s’est engagé dans une transformation profonde et accélérée dans tous les domaines, politiques, économiques, sociaux et culturels notamment avec l’ambition de construire un pays moderne, démocratique et solidaire, ouvert sur le Monde, et qui ne néglige aucune des facettes du développement.