Législatives 2016 : il va faire sa prière et emporte l’urne avec lui !

C’est presque anecdotique. Un président de bureau de vote s’est emparé de l’urne, l’a mise dans le coffre de sa voiture et s’en est allé pour accomplir la prière du vendredi.

Un peu plus d’une heure plus tard, il est retourné dans le bureau de vote, a replacé l’urne dans l’endroit où elle était et continué sa journée comme si de rien n’était. Cela s’est passé à Chtouka Ait Baha et l’acte du président, somme toute de bonne foi, lui vaudra quand même une sanction. Il tombe sous le coup de l’article 59 de la loi organique de la Chambre des représentants. Lequel article stipule : « Est puni d’un an à cinq ans d’emprisonnement et d’une amende de 20.000 à 50.000 dirhams,  quiconque s’est emparé de l’urne contenant les suffrages émis et non encore dépouillés ».