Gouvernement Benkirane II, plus que quelques jours

Il devrait être installé d’ici fin septembre.

C’est la dernière ligne droite avant l’annonce de la formation du nouveau gouvernement. Selon Salaheddine Mezouar, président du RNI, «les choses progressent dans le bon sens». Le cinquième round des négociations entre le chef du gouvernement et le président du RNI devait se tenir en milieu de semaine, à l’heure où nous mettions sous presse. Abdelilah Benkirane devait ensuite rendre compte aux autres membres du secrétariat général de son parti qui devraient se réunir ce samedi. Le nouveau gouvernement devrait être annoncé, si tout va bien, au plus tard dans une semaine. Cela parce que les échos qui nous viennent de la direction du PJD font état, déjà, de mécontentement de certains faucons du parti de l’évolution des négociations. C’est dire combien est forte la pression subie par le chef du gouvernement en ces dernières semaines. D’un côté, les sorties de plus en plus nombreuses des membres de son parti lui enjoignent de ne pas céder devant ses futurs alliés, c’est-à-dire de n’offrir pas plus qu’un remplacement des ministres istiqlaliens démissionnaires. D’un autre côté, son interlocuteur, le RNI, qui se montre intraitable sur une chose : il ne veut pas faire la «roue de secours». Ce qui implique non seulement un changement dans l’architecture du futur gouvernement, mais aussi la révision des priorités de son programme.

Pendant ce temps, le MP réclame, quoique de manière officieuse, un meilleur traitement dans la nouvelle équipe. Quant au PPS, il n’a cessé de presser le chef du gouvernement d’en finir une fois pour toute avec «cette situation d’attentisme intenable» et se tourner vers le peuple, en cas d’échec, pour lui permettre de dire son dernier mot.