Fiscalité/Avocats : l’association des barreaux du Maroc appelle à la justice fiscale

L’association des barreaux du Maroc a tenu une réunion et réagit aux propositions de la DGI.

L’association des barreaux du Maroc a tenu une réunion exceptionnelle, ce 27 décembre 2019, au siège de Rabat. Objet : discuter des implications des propositions de la direction générale des impôts (DGI) sur la régularisation de la situation fiscale des avocats.

L’association a diffusé un communiqué dans lequel plusieurs éléments ont été pointés. Il s’agit, dans un premier temps, du contexte dans lequel les propositions de la DGI ont été émises. « Ces propositions sont le résultat d’un contexte économique global dont nous ne sommes pas responsables », lit-on dans le communiqué signé par Omar Ouidra, président de l’Association des barreaux du Maroc.

« Ces propositions ne sont pas contraignantes et sont sujettes à réflexion par tout avocat. Il ne s’agit ni d’accord ni de convention avec notre profession », précisent les rédacteurs du document. Et d’ajouter que « le dossier de la fiscalité a toujours été, pour nous, une priorité et que son exploitation à des fins non professionnelles portera préjudice à la corpooration ».

Le comité dirigeant de l’association a promis qu' »il fournira les efforts nécessaires pour résorber la situation « . Dans ce sens, il a été décidé d’élaborer une vision au sujet de l’approche législative du dossier de la fiscalité en vue d’une équité fiscale qui profitera à toute la profession et qui prend en compte les spécificités de la profession ainsi que ses contraintes financières, tout en appelant les professionnels à la robe noire de rester serein.

Une étude sur les spécificités de la profession sera élaborée, promet l’association des barreaux.

Tout en se disant prête à la négociation avec le fisc, l’association des barreaux précise qu’elle n’exclut aucun autre recours et affirme son opposition si la DGI venait à revenir sur ses engagements.