Fini la course aux gros dépôts

Les banquiers s’en font l’écho depuis quelques jours. Un établissement de la place a refusé un dépôt de plus de 600 MDH d’un institutionnel qui réclamait une rémunération plus généreuse que le marché.

Cette situation, encore inimaginable il y a quelques mois, trouve facilement son explication dans la conjoncture actuelle. Les banques ont basculé d’un besoin en liquidités à une situation où elles dégagent des disponibilités dans le sillage de l’amélioration des réserves de change de Bank Al-Maghrib. En parallèle, elles peuvent se refinancer à des conditions plus avantageuses après les abaissements successifs du taux directeur. Dans le lot, les dépôts à terme ont vu leur rémunération moyenne baisser à 3,51% en février 2016.