Financement de l’économie : le Groupement des banques à l’épreuve !

Les tractations sont parfois houleuses et musclées autour du détail de la tarification et des marges.

Le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) est appelé à être dorénavant de plus en plus sur la scène. Fini le temps des sorties très occasionnelles pour commenter des actualités de marché au gré de son management. Les membres de la corporation bancaire font succéder, ces derniers jours, les réunions de travail et les discussions pour arrêter les grands contours de ce que va être la réponse du secteur à l’appel du discours royal. De manière officielle, le GPMB ne rate aucune occasion pour réitérer son engagement auprès des jeunes auto-entrepreneurs et des TPME en particulier et de l’économie en général. Quelques banquiers de la place ont déjà exprimé leur volonté de faire bénéficier ces populations de conditions de crédit très préférentielles. Ceci doit être le cas de l’ensemble du secteur. Parce que, pour répondre concrètement à l’appel du Souverain, c’est à cela que s’attendent les populations cibles : des offres à leur mesure, avec un coût financier qui prend en considération leur profil et leur revenu. Des sources internes au groupement confient que les tractations sont parfois houleuses et musclées autour du détail de la tarification et des marges. A part ce volet, il s’agira également d’unifier la grande palette d’offres à destination des entrepreneurs et des TPME existantes aujourd’hui sur le marché pour la faire gagner en lisibilité pour les clients ciblés. Objectif : arriver à un descriptif d’offres pour pouvoir le commercialiser de la même façon à l’échelle du secteur.

Pour rappel, un fonds doté de 6 milliards de DH a été prévu pour financer les actions du dispositif spécial d’appui au financement dans la Loi de finances 2020 et sera mis en place par le gouvernement, Bank Al-Maghrib et le GPBM.