Fès sur une vague andalouse

Le 19ème festival de Fès de la musique andalouse s’ouvrira vendredi à  Fès avec la participation des meilleurs orchestres du Maroc qui perpétuent cet art musical authentique.

Le festival, qui se poursuivra jusqu’au 1er mars prochain, est initié par le conseil de la commune urbaine de Fès sous le signe : « Le patrimoine : authenticité et renouveau ».

Le programme de ce festival, devenu désormais un rendez-vous incontournable de la scène culturelle et artistique locale et nationale, prévoit une variété d’activités culturelles et artistiques pour le plus grand bonheur des intellectuels et des mélomanes et fans de la musique andalouse.

C’est ainsi que les somptueux riads et autres lieux mythiques de la capitale spirituelle vibreront aux rythmes de grands maîtres de la musique andalouse venant de Fès, Meknès, Rabat, Salé, Casablanca, Tétouan et Tanger.

En ouverture, le public sera ainsi invité à apprécier les prestations des orchestres Balabile de Rabat, sous la direction d’Abdelkrim Aamarti, et Assala de Meknès, dirigé par l’artiste Mohamed Ouarti.

Le lendemain (22 février), les amoureux de la musique andalouse sont conviés à une grande soirée musicale qui sera animée par l’orchestre de Rabat sous la direction de l’artiste Driss Guedira.

Pour clore le festival, les organisateurs ont fait appel à la célèbre troupe Brihi de Fès, dirigée par Anas El Attar, et celle de l’institut de Tétouan sous la direction de Mehdi Chaâchouâ.

Outre le côté musical, la manifestation prévoit des expositions sur la musique andalouse, des signatures d’ouvrages qui se penchent sur les différents aspects historiques et artistiques de cette musique, et des débats d’idées, animés par des professeurs et spécialistes en la matière.

Plusieurs conférences sont également au menu, comme celles traitant de l’histoire et des maîtres de la musique andalouse à Fès.

Pour le conseil municipal, ces activités ont pour objectif de perpétuer cet art musical hautement authentique et fruit d’influences mutuelles entre le Maghreb, l’Andalousie et l’Orient, et consolider aussi sa place parmi les manifestations dites de patrimoine.

Le festival de la musique andalouse fait partie en effet, aux côtés des festivals des musiques sacrées du monde, du Madih et Samaa, de l’art du Malhoun, de la culture soufie et de la culture amazighe, de ces évènements artistiques majeurs et réguliers, organisés dans la capitale spirituelle du Royaume, dans le but de la promotion du patrimoine culturel et artistique local et national.

La 18ème édition du festival s’était déroulée du 21 février au 2 mars 2013 sous le thème : « La passion à l’ère du numérique ».