Et si le privé subventionnait la politique ?

Voilà  ce qui pourrait soulager un peu la trésorerie de l’Etat tout en donnant un nouveau goût à  l’action politique.

Voilà ce qui pourrait soulager un peu la trésorerie de l’Etat tout en donnant un nouveau goût à l’action politique. Le ministre de l’intérieur, Mohamed Hassad, vient de proposer, entre autres mesures prévues pour les prochaines élections communales, la possibilité pour les partis politiques de bénéficier de financements privés pour leurs campagnes électorales.

La loi sur les partis ouvre déjà une brèche en ce sens en permettant, sous certaines conditions, des donations privées aux formations politiques. Cette nouvelle mesure, si elle est adoptée serait révolutionnaire. Mais ce serait sans compter sur l’opposition déjà ouvertement exprimée du parti au pouvoir. Les islamistes ne voient pas d’un bon œil que leurs adversaires puissent bénéficier des aides privées et préfèrent voir l’Etat mettre la main à la poche à chaque échéance électorale.

Les partis politiques coûtent déjà au contribuable 60 millions de DH de subventions annuelles en plus de 17 millions de DH d’aides pour l’organisation de leurs congrès. Aux dernières élections communales de 2009, l’Etat a déboursé 150 millions de DH, soit 1000 DH pour chaque candidat. Quant aux dernières législatives, chaque candidat a coûté à l’Etat 30000 DH, soit un total de 220 MDH pour toute l’opération.