Espagne : abandon d’une enquête pour viol contre Al-Walid Ben Talal

Le dossier concerne le prince saoudien Al-Walid Ben Talal, l’un des hommes les plus riches du monde, qui doit répondre d’une plainte pour violences sexuelles en août 2008, déposée par une mannequin à¢gée de 20 ans à  l’époque.

Une cour espagnole a abandonné une enquête sur le viol présumé d’une mannequin par un prince saoudien milliardaire sur un yacht à Ibiza il y a trois ans, selon un jugement consulté par l’AFP.

Le dossier concerne le prince Al-Walid Ben Talal, un neveu du roi Abdallah et l’un des hommes les plus riches du monde, qui doit répondre d’une plainte pour violences sexuelles en août 2008, déposée par une mannequin âgée de 20 ans à l’époque.

Le prince, âgé de 57 ans, a démenti ces déclarations, affirmant qu’il n’était pas à Ibiza à l’époque.

Une cour provinciale de Palma de Majorque, capitale des Baléares, a demandé lundi de suspendre le dossier, pour cause de « contradictions et imprécisions » dans le témoignage de la victime présumée, selon le jugement vu par l’AFP.

« A la lumière des récentes déclarations de la plaignante, nous ne pouvons pas établir fermement et avec évidence ce qui s’est produit dans la nuit du 11 au 12 août 2008, sur le yacht », ajoute le texte.

La femme, âgée à l’époque des faits de 20 ans et dont le nom n’a pas été divulgué par le tribunal, pense qu’une drogue a été déposée dans sa boisson, dans une boîte de nuit à Ibiza, après sa rencontre avec le prince.

Elle a déclaré s’être ensuite réveillée dans un bateau « appartenant à la famille royale saoudienne, sentant le poids d’un homme sur elle qui l’embrassait et une forte douleur dans la zone génitale ».

La justice espagnole avait relancé en juillet 2011 l’affaire, qu’un premier juge avait classée en mai 2010 pour manque de preuves à l’encontre du prince Al-Walid.