Emission d’un emprunt obligataire de 900 MDH par le Crédit Agricole du Maroc

Le Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières (CDVM) a récemment visé une note d’information relative à l’émission par le Crédit Agricole du Maroc (CAM) d’un emprunt obligataire subordonné de 900 millions de dirhams (MDH).

Selon un communiqué du Conseil, cette opération porte sur l’émission de 9.000 obligations d’une valeur nominale de 100.000 dirhams, cotées à la Bourse de Casablanca et non cotées et réparties en 8 tranches.

D’une maturité de 7 ans, les quatre premières tranches offrent une prime de risque entre 90 et 110 points de base, avec un taux d’intérêt révisable annuellement entre 3,52% et 3,72% pour les tranches A et C et un taux fixe compris entre 4,23% et 4,43% pour B et D.

Les autres tranches, d’une maturité de 10 ans, offrent, quant à elles, une prime de risque entre 100 et 120 points de base, avec un taux d’intérêt fixe compris entre 4,60% et 4,80% (F et H) et un taux révisable annuellement entre 3,62% et 3,82% (E et G), ajoute la même source, notant que période de souscription s’étalera du 16 au 19 novembre courant inclus.

Par le présent programme obligataire subordonné, le CAM vise à couvrir ses besoins de trésorerie en prévision des remboursements des emprunts financiers et dettes subordonnées (ex Bons CNCA) arrivant à échéance, explique la banque dans la note d’information relative à l’opération.

Le programme a également pour objectif de renforcer les fonds propres réglementaires du CAM et par conséquent, améliorer ses ratios prudentiels (solvabilité et liquidité), outre l’amélioration de l’adossement de son bilan en augmentant la duration de ses ressources.

L’obligation subordonnée se distingue de l’obligation classique en raison du rang de créance contractuellement défini par la clause de subordination. L’effet de cette clause de subordination étant de conditionner, en cas de liquidation de l’émetteur, le remboursement de l’obligation au désintéressement de tous les créanciers privilégiés ou chirographaires.