El Ouafa et les prix…

C’est le ministre le plus sollicité en ce début de Ramadan. Pour les citoyens, et même pour les députés, les prix des œufs, des fruits et légumes augmentent, c’est à lui qu’il faut recourir.

La volaille est hors de prix, c’est à lui d’intervenir… Or, l’Etat ne contrôle que le prix du gaz, du sucre et de la farine nationale de blé tendre. Pour le reste des produits dont les prix sont libres, il peut sévir, certes, mais seulement contre la fraude, le monopole, l’abus de position dominante… Cette ambiguïté est générale mais elle est entretenue au sein même du ministère des affaires générales et de la gouvernance…