Echanges extérieurs : les flux financiers en forte hausse

Le mois de janvier était plutôt bon pour les échanges extérieurs. C’est du moins ce qui se dégage des résultats préliminaires de l’Office des changes.

Pour le commerce de biens, les importations se chiffrent à 35,8 milliards de DH contre 34,6 milliards en janvier 2017, en hausse de 3,6%. Cette évolution est imputable à l’augmentation des achats de produits alimentaires, notamment de céréales. En revanche, les importations de demi-produits, de biens d’équipement et de produits finis de consommation se stabilisent et celles de produits bruts accusent un léger recul.

En face, les exportations ont marqué une hausse de 3,2%, à 20,3 milliards de DH au lieu de 19,7 milliards en janvier 2017. Ce résultat s’explique par l’amélioration des expéditions du secteur automobile (8,5%), des ventes de phosphates et dérivés (13,8%) et de celles du secteur aéronautique (14,8%). Les exportations des autres secteurs demeurent, quant à elles, quasiment stables.

Ainsi, le taux de couverture descend à 56,8% contre 57%, ce qui débouche sur un déficit commercial de 15,4 milliards de DH au lieu de 14,8 milliards un an auparavant.

En fait, c’est au registre des flux financiers que l’amélioration est plus notable. Les transferts des MRE ont dépassé 5,7 milliards de DH contre 4,6 milliards un an auparavant, en progression de 21%. A côté, les recettes touristiques augmentent de 32,3%, à 5,3 milliards de DH contre 4 milliards une année auparavant ; et les dépenses de 27,2% (1,5 milliard de DH). De ce fait, le solde voyages s’améliore de 34,4% à 3,8 milliards de DH. Enfin, le flux des investissements directs étrangers (IDE) enregistre une hausse de 25,5%, à 1,9 milliard de DH contre 1,5 en janvier 2017. Cette évolution est imputable à un accroissement des recettes plus prononcé que celui des dépenses.