E-commerce : un développement « exponentiel » au Maroc

Le secteur du e-commerce connait un développement exponentiel au Maroc grâce à la généralisation de l’accès à internet qui a largement contribué à son essor, a indiqué mardi, le président de la Commission commerce de la Fédération des métiers de la distribution des produits de grande consommation (TIJARA 2020), Said El Amrani.

Intervenant lors d’un webinaire sous le thème « E-commerce au Maroc: Actualités et perspectives » organisé par Tijara 2020 en partenariat avec Portnet, M. El Amrani a relevé que la question du e-commerce aujourd’hui est « évidente » pour tout le monde, dans la mesure où les consommateurs sont pratiquement tous équipés d’outils à même de leur permettre d’être présents sur les différentes plateformes digitales.

Les clients potentiels sont de plus en plus importants, mais l’offre demeure « balbutiante », d’où la nécessité pour les entreprises opérant dans ce secteur de se lancer dans le développement de solutions digitales innovantes pour l’avenir.

Pour sa part, la directrice générale de GOA Commerce, Salma Ammor, a fait savoir qu’avec la pandémie du Covid-19, nombreuses sont les marques marocaines qui ont saisi cette opportunité pour s’adapter au marché, notamment à travers une offre « cash on delivery », soit un délai de paiement indiquant que le paiement de l’achat est encaissé quand les produits sont livrés aux consommateurs, facilitant ainsi aux clients l’accès aux produits en ligne.

Le e-commerce au Maroc aura une trajectoire différente de celle présente dans les pays développés avec notamment l’émergence du « social commerce » et du « quick commerce ». Les leaders au Maroc, en l’occurrence Jumia et Glovo sont en train d’aller sur ce créneau rentable et efficace.

Dans le même sillage, le directeur du commerce et de la distribution au ministère de l’Industrie du commerce et de l’économie verte et numérique, Rachid Sarrakh, a indiqué que la pandémie a largement contribué à l’expansion du chiffre d’affaires du e-commerce dans le Royaume. S’agissant des incitations mises en œuvre par le ministère en vue d’accélérer le déploiement du e-commerce, M. Sarrakh a relevé que moult actions ont été mises en place dans ce sens, notamment en termes de renforcement des compétences par rapport à la formation en la matière outre la mise en place d’un ensemble de cursus de formation dédié au domaine du digital et du e-commerce.

Il a été aussi question d’accompagner de façon personnalisée les startups opérant dans ce domaine grâce aux incubateurs, qui mettent à disposition des locaux tout en aidant la future entreprise à s’insérer dans son environnement, notamment par la recherche de financements, a-t-il ajouté.

De son côté, le directeur général de Jumia Maroc, Larbi Alaoui Belrhiti, a souligné que le nombre de sites marchands a connu une croissance considérable au Maroc depuis l’avènement de la pandémie, néanmoins le rythme d’accélération demeure assez lent par rapport à celui des pays occidentaux. Le taux de pénétration mobile au Maroc est de 120% et celui des smartphones dépasse les 75% ce qui demeure assez intéressant, a-t-il poursuivi, notant que les internautes marocains prennent de plus en plus confiance dans les sites du e-commerces et hésitent moins à acheter et à payer en ligne via leur carte bancaire.

(Avec MAP)