Drogues : Un tiers des consommateurs sont des femmes

Les femmes et les filles représentent un tiers des usagers de drogues dans le monde, cet usage étant plus répandu parmi les femmes des pays à revenu élevé, selon le rapport annuel de l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) pour 2016, présenté jeudi à Rabat.

Cependant, seulement un cinquième des personnes traitées sont des femmes, car elles se heurtent à d’importants obstacles systémiques, structurels, sociaux, culturels et personnels lorsqu’elles veulent accéder à un traitement pour toxicomanie.

« A travers le monde, la femme souffre de beaucoup de discriminations et de stigmatisations, et n’a pas accès aux mêmes traitements et facilités pour pouvoir recevoir les programmes thérapeutiques adéquats », a indiqué à la presse Jallal Toufiq, membre de l’OICS et qui présentait les principaux axes de ce rapport.

« Très souvent, il n’existe même pas de programmes thérapeutiques consacrés aux femmes », a-t-il regretté, ajoutant que la problématique de la stigmatisation des femmes usagères de drogues est liée à la moralisation de la société.

Le rapport 2016 de l’OICS, dont le chapitre thématique porte sur les femmes et les drogues, présente par ailleurs une analyse de la situation mondiale en matière de contrôle des drogues et contient des recommandations visant à aider les Etats à prendre des mesures efficaces pour relever les défis liés aux drogues.