Driss Jettou et la promotion économique : une vieux rêve non encore réalisé…

En écoutant Driss Jettou au Parlement, mercredi …mai, beaucoup se sont étonnés de voir le président de la Cour des comptes diagnostiquer avec beaucoup de finesse des questions que l’on croyait éloignées de la sphère de la Cour.

C’est le cas, entre autres exemples, de la question de l’éparpillement des efforts de promotion entre plus d’une dizaine d’organismes comme l’ONMT, Maroc Export, l’OCE… Mais quand on fouille dans le passé de Driss Jettou, plus précisément sur la période où il était Premier ministre, on comprend tout.

Un premier indice majeur : en juillet 2007, Driss Jettou a failli faire passer un décret en vertu duquel il faisait fusionner la direction des investissements étrangers (DIE), dirigée à l’époque par un certain Hassan Bernoussi sous l’autorité du ministère des finances, avec le CMPE qui n’est autre que l’actuel Maroc Export.

La fusion des deux devait donner naissance à l’Agence pour la promotion économique du Maroc (APEM).

Le projet de texte était même arrivé jusqu’au conseil du gouvernement mais, à la dernière minute, Driss Jettou a du faire marche arrière n’ayant pas pu faire le consensus de ses alliés de la majorité de l’époque. C’est d’ailleurs de là qu’est venue l’idée de faire un premier pas en transformant la DIE pour en faire l’actuelle agence marocaine de développement des investissements (AMDI).

Finalement, le premier ministre Jettou a achevé son mandat et rendu les clés avant de pouvoir mettre son idée en application. C’est dire qu’aujourd’hui, avec sa nouvelle casquette de patron de la Cour des comptes, l’homme connaît le dossier comme sa poche et tente donc de réaliser un vieux rêve auquel il a toujours cru…