Drâa-Tafilalet : des mesures contre les incendies des oasis

Les autorités concernées, en partenariat avec la société civile, prennent un ensemble de mesures qui se focalisent sur l’autoprotection, l’anticipation et l’augmentation de l’efficacité des interventions contre les incendies affectant les oasis.

Les mesures prises au niveau de la région de Drâa-Tafilalet pour lutter contre les incendies des oasis visent à renforcer l’autoprotection et l’efficacité des interventions, a souligné le chef du service de développement des projets environnementaux à la direction de développement des zones oasiennes de l’Agence nationale de développement des zones oasiennes et de l’arganier (ANDZOA), Mohamed Fadeli.

Les autorités concernées, en partenariat avec la société civile, prennent un ensemble de mesures qui se focalisent sur l’autoprotection, l’anticipation et l’augmentation de l’efficacité des interventions contre les incendies affectant les oasis, a-t-il expliqué dans un entretien à la MAP.
M. Fadeli a ajouté, dans le même sens, qu’il a été procédé, en marge de la dixième édition du Salon international des dattes au Maroc (Sidattes) à Erfoud, à la présentation du programme élaboré dans ce domaine devant le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts.

Ce programme porte sur plusieurs mesures concernant notamment le domaine de la sensibilisation de la population oasienne, en tant que partie concernée au premier plan par cette question, aux dangers des incendies, a-t-il poursuivi.
Il s’agit aussi de l’augmentation de l’efficacité des interventions, à travers l’aménagement de voies d’accès au niveau des oasis, notamment traditionnelles, par la Protection civile et les autorités locales, ainsi que leur équipement en points d’eau pour l’extinction du feu, a fait savoir M. Fadeli.

Le responsable a relevé que d’autres mesures incitent les habitants des oasis à entretenir ces espaces fragiles, comme c’est le cas de la distribution de plants de palmiers pour dédommager les agriculteurs ayant perdu des arbres à cause des incendies et dont les revenus dépendent de la récolte des dattes.
Il est procédé, dans le même cadre, au nettoyage des touffes de palmiers qui peuvent favoriser le départ d’un feu, ainsi qu’à la promotion d’initiatives pour la valorisation des déchets des palmiers, a indiqué encore M. Fadeli.
Il a fait observer qu’une approche intégrée et participative est adoptée dans la mise en œuvre de la stratégie de lutte contre les incendies à Drâa-Tafilalet.
Cette approche, a-t-il précisé, prend en considération les recommandations des rencontres de communication organisées avec la participation de la population oasienne, la société civile, ainsi que des différentes institutions concernées.
Et d’expliquer que « la majorité des interventions ne portent pas sur un seul élément uniquement, l’approche suivie penchant vers l’aménagement des oasis de manière générale, en tant qu’exploitations agricoles ».

Compte tenu des éléments divers à prendre en considération en rapport avec l’écosystème oasien, « nous encourageons les populations oasiennes à adopter une approche intégrée d’aménagement de ces espaces, à travers des projets pilotes d’intérêt pour les acteurs concernés », a-t-il noté.

L’implication des habitants des oasis peut être l’élément le plus important dans le succès des interventions et des mesures contre les incendies, comme en témoigne l’existence de Ksours qui n’enregistrent pas d’incendies en raison du grand engagement et de la rigueur en la matière dont font preuve leurs populations, a fait observer M. Fadeli.

Il a précisé que cela ne signifie pas que le facteur humain est toujours à l’origine de l’incendie, mais qu’il existe d’autres facteurs environnementaux qui peuvent favoriser ce phénomène, ajoutant que la sensibilisation peut jouer un rôle crucial dans la réduction du nombre des incendies des oasis.