Discrimination : la victoire définitive des « Chibanis » marocains face à la SNCF

Ces anciens cheminots originaires du Maroc vont finalement toucher des dommages et intérêts pour préjudice moral, de carrière, de formation et de retraite, pour un montant total estimé à près de 160 millions d’euros.

La direction de la SNCF a annoncé vendredi 27 avril 2018, qu’elle renonçait à se pourvoir en cassation face aux 848 « Chibanis » qui l’accusent de discrimination en raison de leurs origines.

Embauchés entre 1970 et 1983, 848 anciens cheminots originaires du Maroc vont finalement toucher des dommages et intérêts pour préjudice moral, de carrière, de formation et de retraite, pour un montant total estimé à près de 160 millions d’euros, selon leur avocate Clélie de Lesquen-Jonas.

Ils attendaient cette décision depuis longtemps. Après moult renvois et plus de 12 ans de procédure pour certains, la quasi-totalité des plaignants avaient obtenu gain de cause devant les prud’hommes en septembre 2015. Mais l’entreprise avait fait appel de cette décision.