Digitalisation : PORTNET met en place un service de paiement multicanal

Généralisation du service de Paiement électronique multicanal auprès des laboratoires et des centres d’analyses des produits à l’importation. Le service est effectif à compter de ce mercredi 6 janvier.

Dans le  cadre de la généralisation du service de paiement électronique auprès de l’ensemble de la communauté du commerce extérieur, PORTNET, vient de mettre  en  place le service du paiement multicanal pour le compte des laboratoires et des centres d’analyses des produits à l’importation. L’initiative a été prise en collaboration avec le ministère de l’industrie et du commerce,  M2T et CMI. Cette solution va permettre aux opérateurs économiques de régler, via la plateforme communautaire de paiement multicanal PortNet, les factures relatives aux prestations desdits laboratoires leur garantissant ainsi une rapidité de traitement de leurs opérations grâce à un échange électronique sécurisé, des données de facturation et de paiement, et en temps réel avec tous les systèmes d’informations des laboratoires et centres d’analyses. Ce nouveau service, qui sera effectif à partir du 6 janvier 2021 pour CETEMCO, sera généralisé  progressivement  à l’ensemble des laboratoires, et contribuera à la facilitation et la fluidification des opérations d’import, l’accélération des procédures à l’import et la réduction des délais de séjour des marchandises au port. Les opérateurs économiques ont tout à gagner de ce service qui va se traduire par un gain de temps considérable et, par conséquent, une réduction des coûts associés à l’enlèvement des marchandises.

Rappelons que PORTNET compte à ce jour plus de 55 000 usagers et 120 services en ligne, un chiffre qui ne cessera de croître et dont l’objectif ultime est la  simplification, la dématérialisation et la digitalisation de bout en bout de la chaîne du commerce international. Outre l’amélioration de la compétitivité, le déploiement d’un tel service  est venu répondre aux besoins de bonne gouvernance et de développement économique. Les retombées sont visibles au Maroc qui a gagné de 2012 à aujourd’hui 42 places dans le Doing Business sur l’axe «commerce transfrontalier». La finalité étant d’apporter des solutions adéquates aux différentes problématiques tout en satisfaisant les attentes des acteurs publics et privés opérant dans l’écosystème portuaire.