DGSN : 65 ans d’existence et d’abnégation

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) commémore, ce dimanche, le 65è anniversaire de sa création, une occasion de célébrer le rôle combien décisif de cette institution dont la vigilance et le haut sens de professionnalisme ont, au fil des années et des épreuves, su préserver la sécurité et la quiétude des citoyens.

Depuis le 16 mai 1965, date de sa création, la DGSN, de par le dévouement de ses hommes et femmes, a mérité le respect et l’estime des citoyens. Au-delà du Maroc, l’appellation suscite admiration et inspire confiance, au vu de l’efficience et du sérieux dont la Direction a fait montre face aux différents défis sécuritaires.
Immaculée, la réputation de la DGSN a été cimentée en ces temps incléments du coronavirus qu’elle a bravés et continue de défier sans y laisser des plumes. Dans ce contexte sanitaire inédit, la Direction générale a mobilisé tous ses moyens logistiques et toutes ses ressources humaines pour préserver la santé et la sécurité des citoyens, sans pour autant délaisser les missions habituelles dont elle a la lourde charge.
Depuis le 20 mars 2020, les vaillants éléments de la DGSN ont été à la première ligne dans la lutte contre la pandémie du coronavirus et l’atténuation de son foudroyant impact. En plus de leur mobilisation globale aux côtés des autres corps publics, les fonctionnaires de la Sûreté nationale ont pris part aux différentes opérations de don du sang que la DGSN a organisées à travers le Royaume, dans le cadre de ses efforts visant à renflouer les stocks sanguins en ces temps pandémiques incertains.

Lutte anti-Fakenews

En matière de lutte contre l’infodémie qui a enflé parallèlement à la propagation de la pandémie, les Hommes de la DGSN ont été également de la partie, en ferraillant contre les calomnies et intox menaçant la sécurité sanitaire des citoyens, mais aussi l’ordre public tout entier. La Direction générale a ainsi procédé à l’interpellation de plusieurs personnes, ouvert des enquêtes judiciaires contre d’autres et mis en garde à vue les individus qui se sont livrés à ces actes.
Dans ce même élan, la DGSN a lancé une plateforme électronique, accessible via le lien « Covid.dgsn.gov.ma« , conçue comme un canal de communication entre elle et les citoyens à propos des attitudes constituant une violation des dispositions de l’état d’urgence sanitaire. La mise en ligne de ce nouveau portail, qui s’inscrit dans le cadre d’une volonté affichée d’établir des instruments d’une communication interactive et instantanée avec les citoyens, se propose d’associer les utilisateurs et adeptes des nouvelles technologies à l’effort public de lutte anti-covid.
Parallèlement à son rôle décisif et particulier en cette conjoncture sanitaire, la DGSN n’a pas omis de poursuivre l’amélioration de ses mécanismes de travail et moyens d’intervention ni d’élargir le spectre de son action sur le terrain. De même, la mise à niveau des programmes de formation, la qualification de l’élément humain et la bonne gestion des ressources humaines n’ont pas été en reste. Au cours des dernières années, la DGSN a aussi connu de profondes mutations qui ont, particulièrement, concerné le renforcement de la présence féminine au sein des différentes directions et divisions.

Généralisation des brigades anti-gangs

Un accent tout particulier a été également mis sur l’amélioration des cursus de formation à travers le renforcement, d’un côté, du rôle de la police technique et scientifique et, de l’autre, de l’expertise de la police judiciaire dans la lutte contre la criminalité. La DGSN a également fait sienne la notion de police sociétale, visant à donner corps à la philosophie de proximité au service des besoins sécuritaires quotidiens des citoyens.
Dans son bilan 2019 et plan d’action 2020, la DGSN avait indiqué qu’elle aspirait à réaliser plusieurs projets et chantiers à court et moyen termes, qui devront optimiser la gestion de la chose sécuritaire. La Direction générale va, en effet, poursuivre la construction de son nouveau siège à Rabat ainsi que des sièges pour plusieurs districts et services préfectoraux, la généralisation des brigades anti-gangs au niveau des nouvelles préfectures de police et l’amélioration des mécanismes de travail via l’ouverture sur toutes les spécialités scientifiques et techniques en mesure d’affûter les enquêtes judiciaires.
Les services de la DGSN se sont également engagés à poursuivre la politique de rapprochement des centres de formation et d’exécuter le programme visant à promouvoir les conditions sociales de la famille de la Sûreté nationale. Somme toute, la DGSN est résolue à honorer son engagement à préserver la sécurité et la quiétude des citoyens, avec dévouement, discipline et la même vaillance que celle affichée dans la lutte contre la covid-19.

(MAP)