Dessalement d’eau de mer : La station de Chtouka Ait Baha mise en service dans quelques jours

Les premiers lâchés dès la semaine prochaine renforceront les besoins en eau potable du Grand Agadir. Pour l’irrigation agricole, ce sera à partir du mois de mars. Pour l’heure, les travaux au niveau de la station de dessalement sont à un taux de réalisation de 98,5%. Le taux d’avancement du réseau d’irrigation agricole est de 90,3%.

Bonne nouvelle pour la couverture des besoins en eau potable du Grand Agadir, la station de dessalement de Chtouka Ait Baha devrait être mise en service la semaine prochaine, c’est-à-dire début février. C’est ce qui a été annoncé hier jeudi, par les responsables institutionnels du projet. Mohammed Sadiki, ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, était sur le terrain jeudi 27 janvier pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux. Il s’agit des ouvrages d’installation des réseaux d’irrigation programmés dans le cadre de ce projet de dessalement de l’eau de mer pour l’irrigation du périmètre de Chtouka et l’alimentation en eau potable du Grand Agadir.

Pour l’heure, les travaux au niveau de la station de dessalement sont à un taux de réalisation de 98,5%. Le taux d’avancement du réseau d’irrigation est de 90,3%. Selon une source institutionnelle proche du dossier, la mise en service pour l’irrigation agricole est prévue au mois de mars prochain. A noter que ce projet développé dans la commune de Inchaden dans la province de Chtouka Ait Baha, permettra la sécurisation de l’irrigation de 15.000 ha dans la plaine de Chtouka par le dessalement de l’eau de mer en substitution à l’eau souterraine et profitera à 1500 exploitations agricoles. Ces installations permettront également à terme de produire 400.000 m3/jour d’eau dessalée, partagée équitablement entre l’eau potable et l’eau d’irrigation contribuant ainsi à la préservation de l’activité agricole dans la région, notamment les cultures à haute valeur ajoutée.

Pour rappel, cet investissement d’envergure, d’un coût global de 4,4 Milliards de dirhams, dans le cadre d’un Partenariat Public-Privé est le fruit de la mutualisation des efforts et des moyens entre le Ministère de l’Agriculture et de l’Office National de l’Electricité et de l’Eau potable (ONEE).

A l’échelle mondiale, la station de dessalement de Chtouka Ait Baha se distingue par son classement de quatrième en termes de capacité de production. C’est aussi le premier du genre de point de vue mutualisation production eau potable et eau d’irrigation. Dans la conjoncture actuelle de sécheresse, cet investissement est vital pour les besoins en irrigation de la zone de Chtouka et ceux d’eau potable du Grand Agadir.

Outre la station de dessalement, le ministre Sadiki a visité d’autres projets de développement agricole dans la province de Chtouka Ait Baha.  Il s’agit notamment  d’essais d’adaptation d’écotypes de cactus résistants à la cochenille au niveau du Centre d’Adaptation et Techniques de Vulgarisation de la commune d’Ait Amira. Le ministre a également visité dans la même province un projet d’agrégation autour d’une station de conditionnement de primeurs, un centre de formation agricole devant profiter aux fils d’agriculteurs et un complexe coopératif laitier bénéficiant à 700 agrégés. Sa tournée sur le terrain dans la localité a aussi porté sur le projet de modernisation d’une station de pompage SP5 d’Ait Amira, pour une meilleure continuité du service de l’eau.

L’investissement s’inscrit dans le cadre du Programme régional d’économie d’eau d’Irrigation.