Des plans d’aménagement suspendus au TGV

Confectionner un plan d’aménagement pour une ville aussi complexe que Casablanca n’est déjà  pas une mince affaire.

Confectionner un plan d’aménagement pour une ville aussi complexe que Casablanca n’est déjà pas une mince affaire. Rajouter à cette complexité l’infrastructure du TGV en fait carrément une gageure. En l’occurrence, c’est la difficulté qui se pose pour les secteurs de Lahraouiyine, Tit-Mellil et Sidi Hajjaj. Leurs nouveaux plans d’aménagement ont été présentés aux autorités locales entre avril et juin derniers, comme l’impose le processus d’adoption de ce type de documents. Mais la procédure ne peut se poursuivre normalement car ces trois zones accueillent le tracé de la ligne de TGV. L’Agence urbaine de Casablanca est donc contrainte de multiplier les réunions avec l’ONCF, ce qui ralentit inévitablement le processus.