Des experts planchent à Casablanca sur le rôle du capital investissement dans le développement des économies africaines

Les opportunités et perspectives offertes par le capital investissement pour le développement du continent africain ont été au centre des débats de la 5-ème édition de la Conférence annuelle de l’Association Marocaine des Investisseurs en Capital (AMIC), ouverte jeudi à Casablanca et intitulée Journée du Capital Investissement.

Initié sous le thème  » Le Capital investissement, du Maroc à l’Afrique » , cet évènement-phare de l’industrie du capital investissement au Maroc a été l’occasion pour les participants de mettre en lumière l’importance que confère le Royaume, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, à l’investissement en Afrique, ainsi que les étapes franchies jusqu’ici par le capital investissement au Maroc et les risques encourus par les investisseurs dans le continent.

Les participants se sont enquis, à cette occasion, de la riche expérience du Groupe Attijariwafa bank en Afrique, ainsi que des incitations qu’offre le Maroc pour la promotion des investissements locaux et étrangers et de l’approche à adopter pour la gestion des risques.

Intervenant lors de la séance d’ouverture de cette rencontre, le président de l’Association Marocaine des Investisseurs en Capital, Omar Chikhaoui, a mis en exergue le rôle central que joue désormais le capital investissement dans l’économie marocaine.

Le marché marocain du capital investissement a vu le jour durant la période 1993-1999, mais de façon timide comme d’ailleurs tous les marchés, a-t-il rappelé, notant que la phase 2000-2005 a été celle du développement de la profession de ce genre de capital, suivie d’une période de sensibilisation du tissu économique du pays des atouts et avantages qu’offre le capital investissement.

M. Chikhaoui a indiqué, à ce propos, que les chiffres révélés par les professionnels du secteur montrent l’importance de plus en plus accrue de ce capital dans l’économie nationale, sachant que plus de 5 milliards de dhs ont été investis par le capital investissement dans l’économie marocaine et plus de 200 PME soutenues.

Et d’ajouter que l’attractivité de l’Afrique a connu ces dernières années une progression constante pour devenir une réalité incontournable pour tous les acteurs économiques. De par sa position géographique stratégique, le Maroc constitue une porte d’entrée exceptionnelle vers le continent africain, a-t-il fait remarquer .

Force est de souligner que malgré sa jeunesse, à peine quinze ans, l’industrie marocaine du capital investissement a réussi à se structurer, à se professionnaliser, à gagner la confiance des investisseurs et à se bâtir une solide réputation auprès de ceux-ci. L’expérience acquise par les professionnels du secteur dans un marché en développement et initialement dépourvu de cadre réglementaire constitue sans nul doute un atout de taille pour aborder le continent africain.

Les participants font constater à cet égard que depuis 2013, plus de 94 pour cent des montants levés pour le Maroc le sont par des fonds transrégionaux, actifs dans le Royaume mais également en Afrique du Nord et dans d’autres pays africains. Outre l’expérience, les atouts indéniables que possède l’industrie marocaine du capital investissement sont la professionnalisation du capital humain, ainsi que l’expertise financière et logistique, retiennent-ils.

Fort de ses acquis, le secteur est donc voué à jouer un rôle moteur en Afrique dans l’accompagnement de projets entrepreneuriaux et le financement du développement d’entreprises.

L’événement s’est articulé autour de deux panels. Le premier, intitulé « Maroc, tremplin vers l’Afrique : opportunités et défis » , s’est attaché à présenter les atouts du Maroc, les opportunités pour les investisseurs en fonds propres en Afrique, mais également les challenges à relever par l’industrie marocaine du capital investissement.

Le second panel qui a pour thème  » Le Capital investissement, accélérateur de développement continental » a examiné pourquoi et comment ce mode alternatif de financement constitue un moteur de développement pour les PME africaines, ainsi qu’un vecteur incontournable pour la création d’emplois durables et de qualité.