Dernières pluies : les grandes régions agricoles redressées

S’il pleut encore en mars, la récolte sera très bonne.

Nos campagnes retrouvent des couleurs et les agriculteurs leur sourire. C’est que l’épisode pluvieux de cette mi-janvier aura été salvateur. Bien que tardives, les pluies enregistrées en ce mois de janvier, et qui se poursuivaient encore à l’heure où nous mettions sous presse, le mercredi 22 janvier, auront incontestablement un effet bénéfique sur le rendement des activités agricoles cette année.

Bien que la situation n’ait pas encore été arrêtée de manière définitive, des sources au ministère de l’agriculture dressent un premier tableau plutôt rassurant. Ainsi, dans toutes les régions agricoles situées au nord de l’Oued Oum Errabiaa, les perspectives, après les dernières pluies, sont supérieures à la moyenne donc bonnes.

Même mieux, si en mars il pleut encore, les niveaux de récoltes, dans certaines régions risquent d’être meilleures que ceux de l’année dernière. Mais ces pluies de janvier ont surtout redonné espoir aux agriculteurs de grandes régions qui étaient jusque-là en situation de déficit par rapport à la moyenne.

C’est le cas, nous signalent les mêmes sources au ministère, de la région du Souss, des plaines de Abda et Chaouia connues pour être les greniers du Maroc et, enfin de  la région de Marrakech El Haouz.

Selon les premières analyses du ministère, la situation et les perspectives de récolte se sont nettement redressées après les dernières pluies et, là aussi, si le ciel est au rendez-vous au mois de mars, les agriculteurs de ces régions pourront tabler sur des performances respectables.

D’ailleurs, dans de précédentes communications, le ministère avait expliqué que malgré le retard des pluies, la campagne n’était pas compromise pourvu que le ciel soit clément en janvier. D’ailleurs, la campagne record de 2013 n’avait-elle pas commencé par un retard de pluies ? Mais avec tout cela, il reste encore des régions qui sont toujours en situation délicate qui inquiète les services du ministère de l’agriculture. C’est le cas de régions comme Figuig, par exemple. Pour l’heure, en tout cas, rien n’est définitif et il faudra espérer d’autres précipitations en mars pour avoir une idée de la physionomie de la récolte 2014…Croisons les doigts !