Dernier espoir pour la Comarit

La famille Abdelmoula espère en fait trouver un accord avec des investisseurs italiens prêts à  mettre 40 millions d’euros dans Comarit, à  condition que l’Etat apporte une aide, que les banques abandonnent une partie de leurs créances et que les fournisseurs rééchelonnent les dettes du transporteur.

« Au cas où il apparaîtrait que les conditions ne pourraient être remplies, je n’aurais malheureusement pas d’autre alternative que de déclarer le groupe en cessation de paiement ». C’est en ces termes que s’est exprimé Abdelali Abdelmoula, PDG de Comarit, dans une lettre adressée à l’ensemble du personnel de la compagnie maritime le 15 juin.

La famille Abdelmoula espère en fait trouver un accord avec des investisseurs italiens prêts à mettre 40 millions d’euros dans Comarit, à condition que l’Etat apporte une aide, que les banques abandonnent une partie de leurs créances et que les fournisseurs rééchelonnent les dettes du transporteur. Affaire à suivre.