Croissance : Les prévisions optimistes de Standard & Poor’s

A l’horizon 2025, l’agence table sur une croissance au-dessus de 3,4%.

L’agence de notation s’attend à une croissance de 1,4% en 2022. Elle prévoit une inflation à 5,9% d’ici la fin de l’année et un déficit budgétaire à 5,6%.

L’agence de notation américaine Standard & Poor’s (S&P) a maintenu inchangée la note accordée à l’économie du Maroc (BB+), assortie d’une perspective stable. Une décision soutenue par les performances économiques du Royaume, de la solidité des fondamentaux de son économie et des réformes structurelles lancées récemment, notamment dans le domaine de la protection sociale. «Les perspectives stables concernant le Maroc reflètent notre attente que de nouvelles réformes économiques et budgétaires structurelles, parallèlement à une solide croissance économique, contribueront à contrebalancer les pressions budgétaires», précise Standard & Poor’s dans sa note relative au Maroc.

Le tourisme et les exportations de phosphates reprennent

L’agence de notation salue, par ailleurs, les mesures prises par le gouvernement pour amortir l’impact de l’inflation sur les entreprises et les ménages. Concernant le déficit commercial, S&P souligne que les exportations de phosphates et la reprise du tourisme devraient en partie compenser l’augmentation des importations. «La hausse des prix des phosphates, représentant actuellement plus de 25% des exportations marocaines, a soutenu les recettes budgétaires. Les exportations de phosphates ont augmenté de 81,1% en valeur au cours des sept premiers mois de 2022, ce qui a permis à OCP Group de verser un montant record de 8,1 MMDH de dividendes à l’Etat», lit-on dans la note de S&P. Le tourisme, qui représente environ 7% du PIB, a enregistré des performances plus élevées que prévu initialement cette année, fait observer l’agence de notation. Les recettes touristiques ont ainsi augmenté de 4,1% au deuxième trimestre 2022 par rapport à la même période en 2019.

Des réformes structurelles salutaires

«Les réformes structurelles en cours soutiendront des perspectives de croissance relativement robustes et un assainissement budgétaire progressif. Les autorités vont entreprendre une refonte complète du système de sécurité sociale pour étendre la couverture des soins de santé. D’autres réformes favorables aux entreprises ont été entreprises et visent à donner la priorité aux investissements dans l’énergie verte, la numérisation et la modernisation du cadre juridique, institutionnel et réglementaire», précise S&P.
Concernant les prévisions, l’agence de notation s’attend à une croissance de 1,4% en 2022, une prévision plus optimiste que celle de Bank Al-Maghrib (0,8%). L’agence prévoit une inflation à 5,9% d’ici la fin de l’année et un déficit budgétaire à 5,6%.
A l’horizon 2025, l’agence de notation table sur une croissance au-dessus de 3,4%, un retour de l’inflation à 2% et un déficit budgétaire ramené graduellement à 4%.