Crédit immo : Attijariwafa durcit ses conditions

Elle s’attend à  une aggravation du risque d’impayés.

Attijariwafa bank a durci les conditions d’octroi des crédits immobiliers. La banque a adressé une note à l’ensemble de ses agences pour préciser les nouvelles délégations de pouvoirs et nouveaux critères d’acceptation des prêts. En cause, un niveau de risque important observé sur les crédits aux acquéreurs qui serait amené à augmenter vu la possible augmentation du niveau d’inflation.

Ainsi, Wafa Immobilier devra se limiter strictement au financement des biens immobiliers à usage personnel (acquisition de logements neufs ou anciens, terrains et ou travaux de construction en zone urbaine, locaux commerciaux et bureaux). Sont exclus les biens destinés à la revente, à la location ou à usage industriel et les financements hypothécaires. La société a maintenu la durée de financement d’un logement à 25 ans, mais uniquement pour les populations à revenu fixe. La durée passe à 15 ans pour les autres cibles. Le foncier, lui, ne sera financé que sur 10 années.

Accorder un financement de 100% d’un logement principal n’est plus possible pour tout type de clients. Il ne sera permis que pour les fonctionnaires et les salariés des grandes entreprises. Le reste de la clientèle devra présenter un apport personnel d’au moins 25% du bien en question et 30% si le logement est à usage de résidence secondaire. Aussi, le taux d’endettement a été revu à la baisse par le groupe. Initialement fixé à 50%, il est actuellement situé à 35% pour les revenus de moins de 3000 DH mensuels, de 40% pour les salaires inférieurs à 5000 DH, de 45% si le revenu se situe entre 5000 et 25 000 DH et de 50% pour les personnes percevant un salaire dépassant 25 000 DH. Toutefois, la société peut accorder une dérogation pour les salariés bénéficiant de la convention A (grands établissements publics et privés) et pour les fonctionnaires et leur appliquer donc les anciennes conditions.