Covid-19: Un labo chinois a développé un vaccin et l’OMS considère comme prometteur neuf autres vaccins russes

Il existe actuellement 83 vaccins du coronavirus développés dans le monde, dont 77 sont au stade des études précliniques, et six sont en cours d’essais cliniques sur l’homme. Dans la course, des laboratoires chinois, russes, américains et européens.     

 

 

Une biopharmaceutique chinoise a affirmé vendredi qu’un vaccin expérimental a pour la première fois « largement protégé » des singes contre le nouveau coronavirus. De leur côté les Russes affirment avoir développé neuf versions de vaccins contre le coronavirus que l’OMS a inclus dans la liste des vaccins prometteurs, a indiqué vendredi le Centre opérationnel russe pour la prévention et le contrôle des nouvelles infections au coronavirus. Dans les détails, « les quatre macaques qui ont reçu le vaccin à haute dose n’avaient aucune trace détectable du virus dans les poumons sept jours après leur contamination », assure le laboratoire chinois à l’origine de la recherche, qui a publié ces résultats le 19 avril. Le vaccin, qui utilise des agents pathogènes inertes du virus à l’origine de la maladie Covid-19, a été administré à huit macaques rhésus, qui ont ensuite été artificiellement contaminés trois semaines plus tard, selon la recherche publiée par le société chinoise, cotée au Nasdaq, et qui a entamé des essais cliniques du même vaccin chez l’homme depuis le 16 avril.

Quatre autres singes, à qui le vaccin a été administré à moins forte dose, présentaient une hausse de leur charge virale dans l’organisme mais parvenaient néanmoins à résister à la maladie. Ces résultats doivent encore faire l’objet d’une revue par les pairs avant d’être validés par la communauté scientifique.

« Il s’agit des premières données pré-cliniques sérieuses que je vois à propos d’un vaccin expérimental », a commenté sur Twitter le virologue Florian Krammer, de l’Ecole Icahn de médecine à New York.

« La question est de savoir si cette protection dure longtemps », observe l’immunologiste Lucy Walker, de l’University College à Londres.

Outre ce projet, Pékin a approuvé deux autres vaccins expérimentaux lancés d’une part par l’Ecole militaire des sciences médicales et un groupe de biotechnologie, coté à Hong Kong, et d’autre part par l’Institut de produits biologiques et l’Institut de virologie de Wuhan, la ville où le coronavirus a fait son apparition à la fin de l’an dernier. Par ailleurs, le laboratoire américain Moderna avait annoncé simultanément mi-mars procéder également à des essais cliniques pour un vaccin expérimental aux Etats-Unis.

La Russie a également annoncé travailler sur au moins neuf vaccins prometteurs. « Neuf versions russes de vaccins contre le Covid-19 sont inclues par l’OMS dans la liste des vaccins prometteurs pour vaincre la pandémie. Parmi eux, six ont été mis au point par le Centre scientifique d’État en virologie et biotechnologie « Vector », deux vaccins ont été développés par l’institut « Biocad » et un autre a été développé par l’Institut de recherche sur les vaccins et les sérums de Saint-Pétersbourg » a indiqué le Centre dans un communiqué. Parmi ces vaccins, un est d’origine peptidique et a été précédemment utilisé pour développer le vaccin contre l’Ebola, précise la même source, ajoutant que les autres vaccins sont basés sur le virus de rougeole, le virus de la grippe A et la stomatite vésiculeuse. La vice-Premier ministre russe, Tatyana Golikova, a indiqué, pour sa part, que les premiers échantillons de vaccins prêts à l’emploi provenant du Centre « Vector » sont attendus avant le 10 mai, précisant que les essais précliniques du vaccin débuteront le 26 juin tandis que les essais cliniques commenceront le 29 juin sur un groupe de 60 volontaires. Il existe actuellement 83 vaccins du coronavirus développés dans le monde, dont 77 sont au stade des études précliniques, et six sont en cours d’essais cliniques sur l’homme, rappelle la même source.

 

(Avec MAP)