Compensation : nette remontée des prix du gaz butane

Les charges de compensation, sur les dix premiers mois de l’année en cours, ont augmenté de 53,5%, à 11,45 milliards de DH par rapport à leur niveau d’octobre 2016, selon la Trésorerie générale du Royaume. Le montant de cette charge inscrit dans le Budget 2017 et qui est de 14,65 milliards de DH, est ainsi consommé à hauteur de 78%. Tout le monde l’aura compris, le gros des subventions va au soutien du prix du gaz butane.

Suivant ce rythme de décaissement, l’enveloppe prévue devrait suffire largement à couvrir les charges de cet exercice. Mais dans la mesure où la TGR publie ses statistiques sur la base des émissions et non pas des droits constatés, on attendra donc le retraitement qui sera fait par le Trésor pour être fixé. Pourquoi ? Tout simplement parce que les prix des produits énergétiques, et en l’occurrence celui du gaz butane, se sont envolés sur le marché international. Les approvisionnements en produits énergétiques à fin octobre, selon l’Office des changes, se sont élevés à 65,6 milliards de DH, en hausse de 12,4 milliards de DH.

Pour le produit subventionné, c’est-à-dire le gaz butane, il faut rappeler que dans le Budget 2017, le gouvernement avait retenu l’hypothèse d’un cours moyen de la tonne de 350 dollars et d’un baril de brut de 54 dollars. Comme le gaz est indexé sur le pétrole, la remontée des prix de celui-ci déteint forcément sur celui-là. En septembre 2017, la tonne de gaz butane avait atteint 500 dollars. Début novembre, les prix du gaz butane montent à 560 dollars la tonne. Mais, attention, en juin dernier, par exemple, la tonne de butane coûtait 300 dollars, bien moins que ce qui a été retenu dans le Budget. C’est pourquoi ce qui est important à ce niveau ce ne sont pas tellement les variations conjoncturelles, mais principalement le prix moyen sur l’année n S.A.