Communales : ce que propose la société civile

Le PJD s’active pour soutenir ses propositions électorales.

Le collectif d’associations derrière l’«Initiative civile pour des élections démocratiques» s’apprête à remettre le fruit de cette action au chef du gouvernement en ce début septembre. L’action qui a démarré avec l’élaboration d’un mémorandum proposé pour signature aux citoyens et aux différents acteurs de la société civile, il y a quelques semaines, devrait prendre fin avec la remise de ce document aux chefs de groupes parlementaires à l’occasion de la rentrée parlementaire, début octobre. Cette initiative compte une cinquantaine de propositions portant aussi bien sur les listes électorales, le mode de scrutin, le découpage électoral, le seuil électoral que sur la parité et la supervision et le financement de l’opération électorale.

Entre autres propositions, les ONG proches du PJD suggèrent la généralisation du scrutin de liste à toutes les communes de plus de 25 000 habitants et le relèvement du seuil électoral à 7% et celui exigé pour bénéficier du financement public à 3%. Autre suggestion, le regroupement de plusieurs communes rurales en une seule entité qui fonctionnera selon un régime similaire à celui de l’unité de la ville où les communes qui le composent feront office d’arrondissements. Ce système devrait réduire le nombre des conseillers communaux dans le monde rural et restaurer un équilibre entre les communes rurales et urbaines. De même qu’il devrait permettre aux présidents de communes rurales une plus grande marge de manœuvre et une plus grande capacité de négociation.

Les ONG proposent également d’améliorer la participation de la femme en instaurant une alternation homme-femme sur les listes électorales et en prévoyant des circonscriptions supplémentaires réservées aux femmes. Celles-ci devraient également occuper le tiers des postes de responsabilité dans les communes. Ce collectif associatif suggère, en outre, la réduction des bureaux de vote, le relèvement du nombre des régions, la réservation d’une liste électorale spéciale pour les MRE et une autre pour les étrangers résidant au Maroc pendant plus de cinq années.