Cobalt recyclé : Glencore et Managem signent un partenariat stratégique

Les deux parties envisagent de conclure un « tolling agreement » de 5 ans pour 1.200 tonnes de cobalt recyclé par an ainsi que pour l’hydroxyde de nickel et le carbonate de lithium. Au cours de la prochaine décennie, la demande de cobalt devrait augmenter considérablement sous l’impulsion de la transition énergétique verte.

 

Glencore et Managem ont signé un partenariat pour produire du cobalt à partir de matériaux de batteries recyclées au sein des unités hydrométallurgiques CTT de Managem à Guemassa (37 km de Marrakech).
Ce partenariat met en exergue les engagements de Managem à soutenir l’industrie des véhicules électriques dans la réalisation de ses objectifs de recyclage des déchets industriels métalliques, indique Managem dans un communiqué.
Glencore et CTT ont ainsi l’intention de conclure un « tolling agreement » (contrat de travail à façon) de 5 ans pour 1.200 tonnes de cobalt recyclé par an ainsi que pour l’hydroxyde de nickel et le carbonate de lithium, précise la même source.
« Au cours de la prochaine décennie, la demande de cobalt devrait augmenter considérablement sous l’impulsion de la transition énergétique verte, la plupart des acteurs de la chaîne d’approvisionnement cherchant à garantir des matériaux d’origine durable. Nous sommes fermement convaincus que le recyclage jouera un rôle crucial pour répondre à cette demande », a indiqué Imad Toumi, Président-Directeur Général de Managem, cité dans le communiqué.
« Managem s’engage pleinement à soutenir l’économie circulaire mondiale par le biais du cobalt, du nickel et du lithium recyclés, tout en valorisant le cobalt selon les normes RSE les plus strictes. Ce partenariat avec Glencore représente un jalon prometteur de notre développement dans ce domaine », a-t-il ajouté.
Ce partenariat est conditionné par une étude de faisabilité visant à évaluer la viabilité commerciale avec la mise à disposition d’ateliers industriels au sein de la raffinerie CTT pour la récupération du cobalt, du nickel et du lithium à partir de la « Black Mass » (matière prête au recyclage).
L’objectif étant d’atteindre des rendements de récupérations selon les benchmarks mondiaux et une faible empreinte Carbone, comme c’est le cas des procédés déjà utilisés au sein du complexe industriel de Guemassa, note Manageme, faisant savoir que l’usine hydrométallurgique de CTT bénéficiera d’au moins 90% d’énergie verte (parcs éoliens).
Glencore pourra s’appuyer sur sa longue expérience en matière d’approvisionnement et de recyclage de produits contenant du cobalt et du nickel dans ses exploitations canadiennes (Sudbury) et norvégiennes (Nikkelverk) pour fournir de la Black Mass contenant du cobalt à la raffinerie de CTT.
Managem, de son côté, fournira la technologie de recyclage des batteries lithium-ion développée et testée dans l’usine pilote du centre de R&D REMINEX. Cette technologie permet un taux élevé de récupération du cobalt, du nickel et du lithium à partir de la Black Mass.
Glencore commercialisera les produits recyclés auprès de son réseau mondial de clients des secteurs de l’électronique portable et de l’automobile, dans le cadre de son engagement continu à soutenir la transition vers une économie à faible empreinte carbone, et à réaliser sa propre ambition de « zéro carbone » d’ici 2050.
Ce partenariat s’appuie sur un engagement commun en faveur d’une chaîne d’approvisionnement en cobalt responsable. Glencore et Managem participent tous deux au « Processus d’assurance » de l’Initiative pour des minéraux responsables (RMI) pour le cobalt. Les mines de KCC et de Murrin Murrin de Glencore et les mines de Bou-Azzer et la Compagnie de Tifnout Tiranimine (CTT) de Managem sont toutes conformes à ces standards et sont par ailleurs membres de longue date du Cobalt Institute.