Ciment : Anas Sefrioui prend le marché à  contre-pied

Un bénéfice net en hausse de 42% pour Cimat en 2012.

Passées presque inaperçues, les réalisations de Ciments de l’Atlas au titre de 2012 laissent apparaître des croissances insolentes. La cimenterie du groupe Sefrioui a en effet réussi à faire progresser son chiffre d’affaires de près de 64%, à plus de 2 milliards de DH. Une prouesse quand on sait que le marché dans son ensemble a, à l’inverse, régressé de 1,6% sur la période. C’est dire si Cimat a raflé des parts de marché, dans la lignée d’ailleurs de son dynamisme affiché depuis le démarrage de son activité en 2010. Surtout que la concurrence est loin de tenir le rythme avec pour les trois cimentiers cotés en bourse, Ciments du Maroc, Holcim et Lafarge, des baisses d’activité respectives de 9%, 5% et 9%. Conséquence logique de la très bonne tenue de son chiffre d’affaires, Cimat parvient à faire croître son résultat d’exploitation de 41%, à 563 MDH. Au final, le cimentier dégage un bénéfice net de 280 MDH en croissance de 42%, là où les autres opérateurs ont tous vu leurs profits régresser (15% pour Holcim et jusqu’à 33% pour Ciments du Maroc).

Certes, ces réalisations notables sont à relativiser par le fait qu’il est plus facile de réaliser de forts niveaux de croissance sur de moindres volumes de vente ou de bénéfices. Pour dire, Lafarge Maroc, leader du marché, dégage 5 fois plus de profits que Cimat. Il n’en demeure pas moins que le dernier arrivant sur le marché va très vite, profitant d’importantes synergies avec le promoteur immobilier Addoha, appartenant au même groupe, ainsi que d’un bon positionnement géographique. Cimat dispose de deux cimenteries à Ben Ahmed et Béni-Mellal, produisant 3,2 millions de tonnes par an. Et les travaux pour un troisième site ont été lancés en janvier dernier à Nador.