Chakib Alj élu président de la CGEM

Sans surprise, les candidats à la présidence de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Chakib El Alj et son colistier Mehdi Tazi, ont été élus, Mercredi 22 janvier, président et vice-président de la confédération patronale avec plus de 96% des voix.

La Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) a tenu, hier à Casablanca, son Assemblée Générale Ordinaire Élective (AGOE).

À l’issue de cette AGOE, Chakib ALJ et Mehdi TAZI ont été élus respectivement Président et Vice-Président Général de la Confédération pour un mandat de trois ans. Ils ont obtenu 4112 voix d’un total de 4275 voix exprimées, soit un taux de 96.18 %.

Le nouveau patron des patrons, élu pour un mandat de trois ans renouvelable une fois, succède à Salaheddine Mezouar.

Natif de Casablanca, Chakib Alj a entamé son parcours professionnel en 1987 en dirigeant la Société Nouvelle des Moulins du Maghreb. Il a, par la suite, créé plusieurs entreprises à travers le Royaume, d’abord dans son métier de base, la minoterie puis dans la production de farine et de semoule ou encore dans la plasturgie.

Il investit également dans le secteur avicole et dans l’aliment pour bétail et volailles ainsi que dans la transformation de viandes blanches et la production de charcuterie.

Marié et père de 4 enfants, Chakib Alj est à la tête d’un groupe qui compte plusieurs filiales et emploie directement plus de 2.000 personnes. Ce groupe opère dans le transport et la logistique, l’hôtellerie et la restauration et depuis peu dans les énergies renouvelables.

AGOE CGEM
AGOE CGEM

 

Le nouveau président de la CGEM est également un membre actif dans plusieurs Fédérations et Associations professionnelles depuis plus de 25 ans. A ce titre, il préside la Fédération Interprofessionnelle des Activités Céréalières (FIAC) et TIJARA 2020, la Fédération des Métiers de la Distribution des Produits de Grandes Consommation.

S’exprimant lors de cette assemblée, le nouveau président a souligné que la CGEM a les moyens et se doit d’être le « fer de lance » de l’évolution vers le nouveau modèle de développement, appelant à prendre en compte l’innovation, les chaines de valeur nationales et l’équité sociale, base fondamentale de tout système de développement durable.

« Il nous faut lever les freins au développement de nos entreprises, notamment, le financement, les délais de paiement, l’ouverture à l’international et la mise à niveau de nos entreprises pour une croissance durable », a-t-il insisté, soulignant la nécessité de tendre vers une économie nationale plus solidaire, économiquement efficace et dont les fruits de la croissance devront être partagés par tous.

La priorité, selon Chakib Alj, sera donnée aux PME-PMI qui représentent plus de 95% du tissu économique et également au secteur industriel, créateur d’emplois dans la durée. L’entreprise marocaine a confiance en elle mais a aussi besoin des pouvoirs publics pour établir un partenariat public/privé durable en privilégiant des canaux de dialogue opérationnels avec toutes les différentes administrations, a-t-il décliné.

Et d’ajouter que la confiance est essentielle pour faire repartir l’investissement productif qui crée la richesse et l’emploi tout en s’éloignant de l’économie de rente qui apporte peu à la croissance et nuit au développement de notre pays.

AGOE CGEM
Assemblée Générale Ordinaire Élective de la CGEM