CGEM : le 14e ou le 15e président ?

L’assemblée générale élective aura lieu le 16 mai.

C’est reparti pour les élections pour la présidence à la Confédération générale des entreprises du Maroc. Le patronat vient de lancer un appel à candidature pour la période s’étalant du 13 au 26 avril, date de clôture de dépôt des dossiers. A l’heure où nous mettions sous presse, mercredi 18, aucune candidature officielle n’était encore annoncée et le président sortant, Mohamed Horani, affirmait toujours ne pas avoir pris la décision de se représenter. Etre patron de la CGEM n’est en effet pas une sinécure et tous les présidents ayant occupé le poste le diront : «On le fait au détriment de notre propre business».

Est-ce pour cela que les candidatures ne se sont pas encore exprimées ? Non, une tradition non écrite veut qu’au sein du patronat on ne dépose son dossier qu’à la dernière minute.

Dans tous les cas, si Mohamed Horani ne se présente pas ou ne recueille pas les suffrages nécessaires face à un concurrent, la CGEM connaîtra alors son 15e président, depuis sa création, en 1955, par des industriels français installés au Maroc. Après la marocanisation de la confédération, en 1969, elle connaîtra son premier président marocain en la personne de Mohamed Amor qui siégera au poste pendant 15 ans.

Ce n’est qu’en 1985, sous la présidence de Bensalem Guessous, que le nombre de mandats successifs sera limité à deux. Depuis, Abderrahmane Bennani-Smirès, Abderrahim Lahjouji et Hassan Chami auront tous présidé pendant deux mandats, alors que Moulay Hafid Elalamy se sera contenté d’un seul. Reste à savoir ce que fera Mohamed Horani, qui bénéficie d’un soutien confortable dit-on.