Casablanca : trois accords signés pour développer le secteur de l’automobile

Avec la présence de Renault et Peugeot, le secteur de l’automobile au Maroc est en plein expansion, a fait savoir M.Elalamy notant que ce secteur a besoin de l’accompagnement des banques pour le financement d’opérateurs à  la fois nationaux et internationaux.

Trois accords de partenariat permettant aux institutions bancaires de soutenir le développement du secteur de l’automobile ont été signés mardi 14 juillet  à Casablanca. 

Objectif : permettre d’apporter plus d’investissements nationaux et étrangers et contribuer à la création de près de 90.000 emplois à l’horizon 2020.

Ces accords ont été signés par le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, le président de l’Association Marocaine pour l’Industrie et le Commerce de l’Automobile (AMICA), Hakim Abdelmoumen, le président du Groupe Banque Populaire, Mohamed Benchaaboun, le président du groupe Attijariwafa Bank, Mohamed El Kettani ainsi que le président de la banque BMCE Bank, Othman Benjelloun. 

Pour M. Elalamy, ces accords viennent concrétiser ce qui a été signé sous la présidence de SM le Roi, en avril 2014 pour le Plan d’Accélération Industrielle (PAI) et ce pour le développement de l’industrie en général et le secteur de l’automobile en particulier.

Avec la présence de Renault et Peugeot, le secteur de l’automobile au Maroc est en plein expansion, a-t-il fait savoir notant que ce secteur a besoin de l’accompagnement des banques pour le financement d’opérateurs à la fois nationaux et internationaux.

L’étape importante, a-t-il relevé, est d’intégrer davantage des opérateurs économiques marocains dans cette filière pour développer la création de valeur ajoutée destinée au Maroc. 
Pour sa part, le président de l’AMICA, Hakim Abdelmoumen, a indiqué que le secteur de l’automobile représente 40 milliards de dirhams de chiffres d’affaires à l’export et grâce à la relance du secteur à travers le Plan d’Accélération Industriel et les écosystèmes automobiles, le secteur passera, en 2020, à 100 milliards de chiffres d’affaires à l’export.