Casablanca : des pointeuses pour contrôler les horaires de travail des fonctionnaires

La ville veut également s’attaquer au chantier des toilettes publiques.

Le Conseil de la ville de Casablanca s’attaque à des dossiers jusque-là oubliés. Il a prévu d’investir en 2015 dans deux projets censés améliorer la qualité de vie et des services dans la métropole. En effet, la ville a consacré une enveloppe de 3 MDH pour mettre de l’ordre dans ses administrations. En janvier prochain, un appel d’offres sera lancé pour l’achat d’un lot de pointeuses et badgeuses. Les fonctionnaires des communes et des préfectures seront ainsi obligés de respecter les horaires de l’administration, puisque ces 2 000 machines qui devraient être opérationnelles à partir du deuxième trimestre de l’année prochaine vont permettre d’enregistrer les heures d’entrée et de sortie. Cependant, l’efficacité de ce système reste tributaire des moyens qui seront mis en place par la ville pour la collecte et la remontée de l’information.

Pour pouvoir collecter les données afin d’effectuer les prélèvements sur les salaires, le conseil doit en effet créer un service dédié à cette mission. Chose qui paraît difficile avec un budget de 3 MDH. Le deuxième projet concerne la mise à niveau et la construction de toilettes publiques. Il s’agit certainement d’un sujet qui préoccupe nombre de Casablancais, car le manque de toilettes publiques est une réalité que nul ne peut contester.

A cet effet, le conseil a également réservé un budget de 3 MDH pour la mise à niveau des toilettes construites au sous-sol de différents quartiers durant le Protectorat, mais aussi pour la réalisation de nouvelles. Une annonce qui vient réconforter les personnes malades et celles qui sont obligées de prendre leur mal en patience ou de se soulager dans les rues de la cité blanche avec tout ce que cela comporte comme désagréments.