Casablanca : Création de l’Organisation marocaine des libertés et de suivi de l’application de la Constitution

L’Organisation oeuvrera pour faire connaître et enraciner les droits et libertés constitutionnelles, pour le respect du principe de l’égalité devant la loi entre individus et groupes et pour lier la responsabilité à  la reddition des comptes.

Plusieurs partis politiques, syndicats et ONG ont annoncé, dimanche à Casablanca, la création de « l’Organisation marocaine des libertés et de suivi de l’application de la Constitution ».

La mise en oeuvre des principes et dispositions de la Constitution pour garantir la dignité des citoyens et la défense du respect des droits dans leur acception universelle, figurent parmi les objectifs de cette entité, qui selon son président élu, Taeibi Saoudi, restera indépendante des partis et organisations qui l’ont initiée.

Selon ses statuts, l’Organisation oeuvrera pour faire connaître et enraciner les droits et libertés constitutionnelles, pour le respect du principe de l’égalité devant la loi entre individus et groupes et pour lier la responsabilité à la reddition des comptes.

Elle compte aussi intervenir pour la défense des droits des femmes, agir pour la concrétisation de la parité et oeuvrer pour que la communauté marocaine à l’étranger puisse exercer ses droits à l’instar des autres citoyens.

Lors de ce congrès constitutif, plusieurs intervenants ont indiqué que la situation actuelle dans le pays impose la création d’un cadre juridique pour la défense des droits et libertés et le suivi de l’activation de la nouvelle Constitution.

Une conception erronée sur les droits qui ne sont pas couplés avec les devoirs s’est développée dans le pays d’où la nécessité de communiquer sur cette question avec l’ensemble de la société notamment à travers les ONG, ont-ils ajouté.

Cette nouvelle entité reste ouverte à toutes les organisations politiques, associations et compétences de la société civile qui oeuvrent dans le domaine de la défense des droits et libertés constitutionnelles.

Ce congrès constitutif, ont-ils rappelé, a été précédé d’une série de rencontres dans plusieurs villes du Royaume en vue de déterminer les objectifs, généraliser les principes qui sous-tendent la création de cette entité et ouvrir un large débat sur le statut de l’organisation.

Lors de congrès, il a été procédé à l’élection des 41 membres du bureau central qui devra désigner les 25 membres du bureau exécutif samedi prochain.