Bientôt une loi sur la xénophobie ?

Le Maroc pourra bientôt avoir sa loi sur la xénophobie et la discrimination raciale.

Cela dépend toutefois du gouvernement et, dans un deuxième temps, des députés, quant à la proposition de loi que l’Istiqlal vient de déposer, le 12 mai, à la première Chambre. Le texte, s’il aboutit, sanctionnera d’une peine d’un an à trois ans de prison ferme et d’une amende de 1200 DH à 50 000 DH toute personne coupable d’un acte ou comportement discriminatoire sur la base du sexe, de la race, de la couleur, de la religion ou de la langue. Les peines seront aggravées si le coupable est un fonctionnaire de l’administration publique ou un agent d’autorité. Les acteurs politiques, associatifs et syndicaux encourent également des peines similaires pour tout comportement discriminatoire envers les enfants, les mineurs, les femmes, les personnes âgées, la handicapés et les personnes atteintes de certaines maladies.