Bank Al Maghrib maintient inchangé son taux directeur à  2,5%

Le Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) a décidé, lors de sa réunion trimestrielle mardi à  Rabat, de maintenir inchangé son taux directeur à  2,5%.

Cette décision intervient dans un contexte caractérisé par « une prévision centrale d’inflation en ligne avec l’objectif de stabilité des prix », a expliqué le Wali de BAM lors d’une conférence de presse au terme de la réunion trimestrielle de la Banque centrale, assurant que Bank Al-Maghrib continuera à suivre de près l’ensemble de ces évolutions et incertitudes qui continuent à entourer les perspectives économiques aussi bien au niveau national qu’international.

M. Jouahri a estimé que l’inflation s’établirait à 1,8% en 2015 et à 1,5% en moyenne sur les 6 prochains trimestres, tenant compte notamment de la hausse du SMIG entrée en vigueur en juillet 2015, ainsi que le contrat-programme entre l’Etat et l’ONEE.

Concernant le taux de croissance, le gouverneur de BAM a noté qu’il devrait s’établir à 4,6% en 2015, au lieu de 2,4 pc en 2014, porté par les activités agricoles, tandis que le rythme du PIB non agricole devrait rester limité à 3,3%.

En 2016, sous l’hypothèse d’une campagne agricole normale, la croissance devrait revenir à 2,4% et sa composante non agricole devrait se stabiliser à 3,3%, a estimé M. Jouahri.

Dans ces conditions, l’output gap non agricole ressort négatif, dénotant ainsi de l’absence de tensions inflationnistes émanant de la sphère réelle de l’économie, a rassuré le responsable.

Sur le marché du travail, les données du deuxième trimestre indiquent un recul du taux de chômage de 0,6 point à 8,7%. Cette évolution refléterait la diminution sensible de 0,9 point du taux d’activité, alors que les créations d’emplois sont restées limitées à 38.000 postes, a-t-il poursuivi.

Au plan des comptes extérieurs, le déficit du compte courant devrait se situer à 2,8% au terme de 2015, tandis que les réserves de change se sont renforcées de 19,7% à 210,2 milliards à fin août, soit l’équivalent de 6 mois d’importations de biens et services et devraient davantage s’améliorer pour assurer la couverture de six mois et demi d’importations à fin décembre.

Sur le plan monétaire, le rythme de progression de l’agrégat M3 est revenu de 6,2% en moyenne au cours du deuxième trimestre à 5,3% à fin juillet et devrait se situer à 5% en 2015, a précisé M. Jouahri, soulignant, ainsi, que l’écart monétaire ressort négatif, dénotant de l’absence de pressions inflationnistes d’origine monétaire.