Bank Al-Maghrib maintient inchangé son taux directeur à 1,5%

Le Conseil de Bank Al-Maghrib a estimé que l’orientation de la politique monétaire reste largement accommodante, assurant des conditions de financement adéquates. Il a jugé en particulier que le niveau actuel du taux directeur demeure approprié et a décidé ainsi de le maintenir inchangé à 1,5%.

Le Conseil de Bank Al-Maghrib a tenu le mardi 22 juin sa deuxième session trimestrielle de l’année 2021. Lors de cette réunion, il a examiné et approuvé le rapport annuel sur la situation économique, monétaire et financière du pays, ainsi que sur les activités de la Banque au titre de l’exercice 2020.

Il a analysé par la suite l’évolution de la situation sanitaire et la conjoncture économique aux niveaux national et international, ainsi que les projections macroéconomiques de la Banque à moyen terme. Il a estimé à cet égard que la reprise de l’activité se poursuit à un rythme soutenu, favorisée par l’assouplissement des restrictions, les conditions de financement accommodantes et le stimulus budgétaire. Les perspectives restent toutefois entourées d’un niveau élevé d’incertitudes en lien notamment avec l’apparition de nouveaux variants du virus et les disparités entre pays en termes de rythme de vaccination.

Sur la base de l’ensemble de ces évaluations, le Conseil a estimé que l’orientation de la politique monétaire reste largement accommodante, assurant des conditions de financement adéquates. Il a jugé en particulier que le niveau actuel du taux directeur demeure approprié et a décidé ainsi de le maintenir inchangé à 1,5%.

Le Conseil a noté qu’après des taux de 0,7% en 2020 et de 0,1% au premier trimestre de 2021, l’inflation a atteint 1,7% en moyenne au cours des mois d’avril et mai. Sous l’effet de la hausse prévue des cours internationaux du pétrole et de certains produits alimentaires, ainsi que de l’amélioration de la demande intérieure, elle devrait poursuivre son accélération tout en restant à des niveaux modérés, ressortant à 1% sur l’ensemble de cette année et à 1,2% en 2022. Sa composante sous-jacente augmenterait de 0,5% en 2020 à 1,2% en 2021, puis à 1,5% en 2022.

Au niveau international, après une contraction de 3,6% en 2020, les perspectives de l’économie mondiale continuent de se renforcer avec une croissance prévue à 6,4% cette année et à 4% en 2022. Dans les principaux pays avancés, après un recul de 3,5%, le PIB réel rebondirait de 6,4% en 2021 puis progresserait de 3,2% en 2022 aux Etats-Unis, tandis que dans la zone euro, il se redresserait de 4,4% puis de 3,5% respectivement et ce, après une baisse de 6,6% en 2020. Sur le marché du travail, la situation connaît une nette amélioration aux Etats-Unis, le taux de chômage devant revenir de 8,1% à 5,8% en 2021 puis à 4,7% en 2022, alors que dans la zone euro, ce taux ressortirait en hausse, passant de 8% à 8,4% cette année avant de diminuer à 7,4% en 2022. Dans les principaux pays émergents, la Chine enregistrerait une accélération de sa croissance de 2% à 9,2% suivie  d’une consolidation à  5,1% en 2022, un rythme  en ligne avec  la  politique  de rééquilibrage de son économie. En Inde, après un repli de 7,1%, et malgré une forte augmentation des contaminations, le PIB réel marquerait des expansions de 11,5% en 2021 et de 9,8% en 2022, tirées notamment par le renforcement de la demande extérieure.