Autoroutes : 20% des recettes du péage réalisées sur l’axe Casa-Rabat

Casablanca-Rabat est le tronçon le plus rentable vu que le montant brut des investissements qui y ont été réalisés ne dépasse pas 138 MDH n Au premier semestre, le plus gros chiffre d’affaires est réalisé sur l’axe Berrechid-Agadir. Bonne tendance sur Kénitra-Tanger Est.

Que deviendrait Autoroutes du Maroc sans l’héritage de l’autoroute Casablanca-Rabat ! Malgré le développement important qu’a connu le réseau autoroutier ces dernières années, les usagers du seul axe autoroutier qui n’a pas été réalisé par Autoroutes du Maroc (il était déjà en service lors de la création de la société en 1989) restent aujourd’hui encore les principaux contributeurs aux recettes de péages générées par ADM. D’après les statistiques de cette dernière, cet axe contribue à hauteur de 19,8% au chiffre d’affaires du péage de l’ensemble du réseau national. Pourtant, le prix unitaire de «la traversée» y est jusqu’à 6 fois moins cher que celui d’autres axes plus longs. Sur le seul premier semestre de 2014, il a généré plus de 219 MDH. Seul l’axe Berrechid-Agadir, où ADM comptabilise à la fois les recettes de l’autoroute Berrechid-Marrakech et celle de Marrakech-Agadir, arrive à faire mieux avec 267 MDH. C’est dire que Casa-Rabat reste le tronçon le plus important de tout le réseau. En tout, les 76 kilomètres d’autoroute qui relient les deux villes sont en moyenne fréquentés, chaque jour, par 51 000 véhicules, loin devant les autres axes. Mieux encore, si l’on se réfère aux montants investis par ADM sur chaque axe, Casa-Rabat est de loin le plus rentable. En tout, le montant brut des investissements réalisés sur cette autoroute s’établit à 138 MDH à fin 2013. Cette enveloppe a principalement été déboursée pour les travaux d’élargissement de l’axe sur 2×3 voies. Hormis cet investissement, les charges liées au fonctionnement de l’autoroute restent bien en deçà de ce qu’elle génère.

L’axe Casa-Rabat devrait renouer avec une croissance plus soutenue

Cette situation risque-t-elle de changer bientôt, notamment avec la montée en puissance progressive des axes autoroutiers récemment mis en service ? Rien n’est moins sûr, car les recettes de Casa-Rabat croissent d’année en année, parfois bien plus vite que les autres axes. Sur les six premiers mois de 2014, elles se sont appréciées de 4,1%, soit quasiment au même niveau que la meilleure progression enregistrée par ADM sur l’axe Casa-Berrechid Nord (qui comptabilise le flux vers l’aéroport Mohammed V) qui est de 4,7%. Et encore, ce score est réalisé dans une période où les travaux se poursuivaient au niveau du prolongement de l’autoroute du côté de Casablanca, ce qui faisait en sorte que les usagers se dirigeant vers certaines destinations desservies par cet axe (à l’image de Bouznika par exemple) préféraient contourner l’autoroute pour éviter les désagréments provoqués par les travaux. Maintenant que les travaux sont achevés, le flux sur l’axe Casa-Rabat devrait logiquement retrouver un rythme de croissance plus soutenu.
Derrière Casa-Rabat et Berrechid-Agadir, c’est la liaison Kénitra-Tanger Est qui semble aujourd’hui s’inscrire sur une bonne dynamique. Avec une croissance de 3,4% de ses recettes de péage sur le premier semestre, cet axe autoroutier contribue à hauteur de 13% dans les recettes globales du péage, à 144 MDH.

Cette part importante est principalement due au rôle que joue cet axe dans la liaison entre Tanger, l’une des villes les plus actives sur le plan socio-économiques durant ces dernières années, et le reste du pays, notamment Fès, Casablanca, Marrakech et Agadir. Ceci lui permet de capter un trafic de près de 10 000 véhicules par jour en moyenne, qui la positionne actuellement comme troisième meilleur contributeur aux recettes de péage d’ADM.