Alcool : les autorités ont durci le contrôle pendant Ramadan

Une campagne de contrôle très sévère a été initiée ce Ramadan par les autorités dans les établissements autorisés à servir l’alcool aux non-musulmans durant ce mois sacré.

«Des instructions ont été données afin que les clients arabes non musulmans ne soient pas servis», avance un professionnel. Notons qu’environ 5% des habitants des pays du Moyen-Orient ne sont pas musulmans mais coptes, maronites, etc. «Même en présentant une pièce d’identité avec un prénom chrétien, les serveurs d’un établissement très réputé dans la ville d’El Jadida ont refusé de me servir», témoigne un Libanais maronite résident au Maroc. Au regard d’un professionnel, cette interdiction aux Arabes vise à éviter toute erreur vu que la religion n’est pas inscrite dans les pièces d’identité, mais surtout pour couper court aux dérogations faites au profit de certains Marocains durant ce mois. Rappelons que la loi de 1967 interdit la vente d’alcools uniquement aux Marocains musulmans. Elle expose également les responsables d’établissements disposant d’un débit de boissons qui enfreignent la législation à une peine allant d’un à six mois d’emprisonnement et d’une amende de 300 à 1 500 DH. Par ailleurs, la reprise des activités de vente d’alcool est prévue cette année pour le 3e jour du mois de Chaoual à 10 heures du matin. La reprise sera faite en même temps dans toutes les régions du Royaume et dans tous les établissements (débits de boissons, bars, restaurants, cabarets et night-clubs), ce qui n’était pas le cas auparavant.