Al Hoceima : aucun retard pour les projets concernant le domaine de l’eau

Les travaux de l’usine de dessalement démarreront incessamment.

Le Secrétariat d’Etat chargé de l’eau affirme que les projets de son département n’accusent pas de retard au niveau de la province d’Al Hoceima. S’agissant des projets de protection de 14 localités de la province contre les inondations, le département de Charafat Afilal soutient que plusieurs ouvrages ont été livrés à temps tandis que les autres suivent leur cheminement en respectant l’agenda. Une enveloppe de 185 MDH leur a été dédiée dont 112 apportés par le SEE. En 2016, 24,6 millions ont été mobilisés dont 20,3 pour la première tranche -déjà finalisée- de l’aménagement de l’Oued Selouane à Bni Bouayach. Le reste a été investi à Targuist à hauteur de 850 000 DH dans le projet de protection de la ville contre les inondations et à Imzouren pour la protection de sa zone indusrielle des crues de Oued Nekkour à hauteur de 3,5 millions de DH. Si le premier est en cours de réalisation, le second attend la fin des procédures d’appel d’offres. De plus, 74,5 millions de DH seront mobilisés en 2017 et 13,5 MDH en 2018 pour lancer les projets dans les autres localités à l’instar d’Aït Youssef Ouaali, Imrabten ou Snada. Pour ce qui est du grand barrage de Oued Ghiss, le département de l’eau précise que «le lancement des travaux de ce grand ouvrage hydraulique était prévu à la base en 2021 mais il a été reprogrammé pour être lancé le plutôt possible».

«Des études et des travaux de génie civil ont démarré en mars dernier», annonce-t-il en concluant que les choses vont s’accélérer une fois les procédures d’expropriation des terrains finalisées.

Pour rappel, ce barrage nécessitera 1,3 milliard de DH et six ans de travaux. Dotée d’une capacité quotidienne de 16 000 m3, l’usine de dessalement de l’eau de mer -qui mobilisera quant à elle 300MDH- verra ses travaux démarrer incessamment.