Aïn Harrouda étouffée par ses ordures

La nouvelle ville de Aïn Harrouda ne séduit pas les sociétés de collecte des déchets. Pour preuve, l’appel d’offres relatif à  la concession de la collecte a été lancé deux fois sans qu’aucune entreprise ne manifeste son intérêt pour cette commune.

Un professionnel du secteur a confié que «le montant proposé est très faible par rapport au tonnage des déchets produits dans la zone. En effet, il est proposé 5 MDH par an alors que le coût minimum de la prestation est estimé à 10 MDH». Un deuxième élément qui décourage les prestataires réside dans le fait que la concession est prévue pour une durée de 8 ans.

Selon leurs estimations, les déchets de cette commune qui connaît une forte croissance, grâce à l’implantation des grosses industries doubleront d’ici 2020. Pour faire face à cette problématique, la commune a promis de revoir son budget et de relancer son appel d’offres.