Aides directes : Le Registre social unifié arrive

L’imminent déploiement du RSU fait partie d’une perspective intégrée pour le renforcement des fondements de l’État social.

Le ton est donné. Avant même sa première réunion de la rentrée avec son équipe au complet (le conseil de gouvernement du jeudi 25 août), Aziz Akhannouch a présidé un mini-Conseil de gouvernement avec à l’ordre du jour l’accélération du déploiement du Registre social unifié (RSU). Toutes les personnes concernées, directement ou indirectement, étaient là. Le ministre de l’intérieur dont le département vient de boucler avec succès une expérience pilote du RSU dans la région de Rabat, le Secrétaire général du gouvernement, la ministre de l’économie et des finances, le ministre de l’éducation nationale, le ministre de la santé et de la protection sociale, la ministre de la solidarité, de l’insertion sociale et de la famille, de la ministre déléguée chargée de la transition numérique et de la réforme de l’administration et bien sûr des directeurs généraux de la CNSS et l’Agence nationale d’assurance maladie (ANAM).

A part l’importance, aussi bien par leur poids que leur nombre des départements ministériels, sept au total, ayant participé à cette réunion, ce qui en dit long sur l’intention du gouvernement à entamer le déploiement de ce chantier dans les plus brefs délais et avec l’efficacité et la rigueur qu’il faut, rien n’a filtré sur le contenu de cette rencontre. Les acteurs impliqués nous donnent toutefois une idée, quoique encore vague, sur l’ingénierie du déploiement du système des aides sociales directes qui sera, sans aucun doute, inédit. Les aides seront d’ailleurs servies dans un an.

Le chantier bouclé à la fin de l’année prochaine

On apprendra, par contre, par la communication du département du Chef de gouvernement, que cette réunion a été consacrée aux «moyens d’accélérer le déploiement et la mise en œuvre du Registre social unifié». Le Chef de gouvernement précisera toutefois que la tenue de cette réunion «traduit la ferme volonté du gouvernement d’accélérer le déploiement du Registre social unifié, ainsi que les mécanismes de suivi de ce dernier, dans le cadre de la mise en œuvre du chantier de généralisation de la protection sociale, en total respect des échéances arrêtées par les instructions royales».

Le Chef de gouvernement, souligne-t-on auprès de la Primature, a appelé toutes les parties prenantes à «une mobilisation massive pour la mise en œuvre du chantier du RSU». Et ce, étant donné qu’il s’agit du «mécanisme le plus efficace pour cibler les familles pauvres et vulnérables». Aziz Akhannouch a déclaré en ce sens que «le déploiement du Registre social unifié constitue une étape pratique importante pour améliorer l’efficience des programmes sociaux». Cela sans oublier de préciser que le RSU «s’inscrit dans une perspective intégrée pour le renforcement des fondements de l’État social, incluant le parachèvement de la couverture maladie obligatoire à l’horizon 2022 et la généralisation des allocations familiales à fin 2023»