Aggravation du déficit budgétaire à  40 milliards de DH à  fin août

Les recettes ordinaires n’ont progressé que de 1% contre 22% pour les dépenses.

Les finances de l’Etat se dégradent fortement. A fin août, le déficit budgétaire atteint 39,5 milliards de DH en tenant compte des variations des instances (arriérés de compensation notamment), contre à peine 13,2 milliards il y a un an, soit une aggravation de 200% ! Cette situation est due à des recettes ordinaires qui n’ont progressé que de 1% contre 22% pour les dépenses ordinaires.

La faible augmentation des recettes recouvre une hausse de 6,2% des rentrées fiscales mais une baisse de 27,8% des recettes non fiscales suite à la non récurrence de la privatisation des 20% du capital de la BCP opérée l’année dernière. Côté dépenses, les dépenses de compensation ont crû de 60% suite à l’envolée des prix des matières premières. Les charges de personnel ont augmenté de 13% et ceux des biens et services de 12,6%.

Ainsi, le solde ordinaire passe d’un excédent de 13,5 milliards de DH à un déficit de 10 milliards. Quant aux investissements, ils se maintiennent quasiment au même niveau que l’année dernière, à 27 milliards de DH.