Accords de libre-échange: Hausse de 26 % des exportations marocaines sur la période 2009-2013

Pour M.Abbou, attribuer tous les maux de l’économie marocaine aux accords de libre-échange signés par le Maroc est une fausse idée répandue qu’il faut réfuter. «La politique d’ouverture choisie par le Maroc depuis les années 80 du siècle dernier a constitué plutôt un atout pour le développement économique du Maroc», a-t-il précisé

Les exportations marocaines à destination des pays signataires des accords de libre-échange ont connu une hausse de 26% sur la période 2009-2013, a indiqué le ministre délégué chargé du Commerce extérieur, Mohamed Abbou lors du conseil d’administration du Centre marocain de promotion des exportations (Maroc export).

Selon M.Abbou, «les importations réalisées dans le cadre des accords de libre-échange n’ont progressé que de 10 %», a noté M.Abbou, notant que près de 71% de nos échanges commerciaux avec ces pays sont réalisés hors du cadre préférentiel établi dans le cadre des accords de libre-échange. 

Ainsi pour M.Abbou, attribuer tous les maux de l’économie marocaine aux accords de libre-échange signés par le Maroc est une fausse idée répandue qu’il faut réfuter.

«La politique d’ouverture choisie par le Maroc depuis les années 80 du siècle dernier a constitué plutôt un atout pour le développement économique du Maroc», a-t-il précisé.

Elle a contribué fortement à la réalisation de réformes audacieuses et stratégiques de l’économie marocaine et participé, dans une large mesure, à positionner le pays en tant que plateforme attractive des IDE et d’exportation vers l’Europe, l’Afrique, l’Amérique et le monde arabe, a souligné le ministre.

Par ailleurs, pour ce qui est du déficit commercial, M.Abbou a souligné qu’il s’agit «une donnée structurelle de notre économie et reste très corrélé aux variations des cours de l’énergie qui constitue près de la moitié dudit déficit», sans oublier l’impact de la conjoncture économique mondiale qui s’est fortement détériorée depuis le déclenchement de la crise économique en 2008, notamment au niveau de la zone euro à laquelle l’économie du Maroc est fortement arrimée.

Ainsi, le ministre a rappelé que l’offre exportable est un élément central dans le mix de développement des exportations. Les différents diagnostics effectués dans ce cadre étaient unanimes sur l’étroitesse de l’offre exportable et la faiblesse de la valeur ajoutée des produits exportés.

Afin de remédier à cette situation, le Maroc s’est engagé dans des stratégies sectorielles ambitieuses visant le renforcement de l’offre aussi bien destinée aux marchés internationaux qu’au marché local, a fait savoir M.Abbou.